Algérie: la lettre qui sème le doute sur le cinquième mandat de Bouteflika

Photo : Mouad Bouchareb
Photo : Mouad Bouchareb

Un rebondissement attendu avec impatience, après la clôture du conseil des ministres, hier jeudi  27 décembre, mais il n’en fut rien. La loi de finances a été signée sans surprise et aucune déclaration n’a été faite par le président de la république. Cependant, Mouad Bouchareb a, quant à lui, pris tout le monde de court, après la publication d’un communiqué officiel. 

Aussitôt publiée, aussitôt supprimée. Une lettre de Mouad Bouchareb dans laquelle il évoquait les prochaines présidentielles qui devraient avoir lieu à temps, soit en avril prochain, a été supprimée. Le document laissait également sous entendre que Bouteflika y briguerait un cinquième mandant. Dans cette lettre écrite en arabe,  Observ’Algérie a pu lire : « (…) Nous sommes à la veille d’une élection présidentielle que nous voulons célébrer comme une fête démocratique où le candidat du parti, le moudjahid Abdelaziz Bouteflika, sera plébiscité pour parachever le processus des réformes afin d’assurer la stabilité de l’Algérie et son développement à tous les niveaux(…) ».

Le coordinateur du Front de Libération Nationale (FLN)  s’est empressé de rejeter l’existence d’une telle lettre et de nier la publication de ce message sur le site officiel du FLN. Cela dit, le fait de publier ce message le jour de l’apparition en public de Bouteflika (conseil des ministres) n’est certainement pas une erreur, encore moins une bêtise.

En revanche, Mouad Bouchareb a déclaré que « les services de sécurité ont ouvert une enquête. Ils ont entamé des investigations pour tenter de savoir qui est à l’origine de cette publication jugée « malveillante » ».