Photo archive Algérie: Ahmed Ouyahia
Photo archive Algérie: Ahmed Ouyahia

Le premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, est au cœur d’une vive polémique suite à ses propos tenus en marge des cérémonies commémoratives du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, qui se sont déroulées, hier 11 Novembre, à Paris.

Ahmed Ouyahia, a qualifié le million et demi de martyrs algériens de «morts». «Le peuple algérien a subi les horreurs de la guerre pour recouvrer son indépendance, au prix d’un million et demi de morts, des millions de victimes et de personnes déplacées et de lourdes destructions», a-t-il notamment déclaré.

La déclaration en question a suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Les internautes algériens ont sévèrement critiqué le premier ministre, lui reprochant d’avoir «manqué de respect à l’égard des mémoires des martyrs de la guerre de libération algérienne».

Le premier ministre algérien a participé à ladite cérémonie en sa qualité de représentant du président de la république, Abdelaziz Bouteflika. Il était reçu hier dimanche par le président français, Emmanuel Macron, au palais de l’Elysée.

Pour rappel, Ahmed Ouyahia avait déjà suscité une controverse, suite à un discours prononcé à l’Hotel El-Aurassi à Alger, et dans lequel il avait appelé à s’appuyer sur la communauté algérienne établie à l’étranger ainsi que sur les « pieds-noirs » qu’il a désigné sous l’appellation d’ « anciens d’Algérie ».