Écartement d’Ouyahiya : le RND réagit

Le Rassemblement national démocratique (RND), présidé par le premier ministre Ahmed Ouyahia, a réagi au communiqué du RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie) qui annonçait il y a quelques jours que le premier homme du gouvernement avait été « écarté des centres de décision ».

Invité de la chaîne de télévision arabophone El-Bilad TV, le porte parole du RND Seddik Chihab a ainsi estimé que les affirmations du RCD n’étaient que le résultat de « lectures d’un parti politique qui a le droit de s’exprimer librement ». À la question de savoir pourquoi le premier ministre n’est pas apparu publiquement lors des festivités du 24 février, commémorant la création de l’UGTA en 1956 et la nationalisation des hydrocarbures en 1971, Seddik Chihab a indiqué qu’Ahmed Ouyahia était « grippé » ce jour là.

Le porte parole a également évoqué la question des élections présidentielles prévues pour 2019, et l’éventualité d’une candidature de l’actuel chef de l’État Abdelaziz Bouteflika pour briguer un cinquième mandat. « Nous sommes avec le chef de l’Etat jusqu’au bout. » a déclaré Seddik Chihab qui ajoute que « S’il (Abdelaziz Bouteflika, ndlr) se présente pour un autre mandat, le RND le soutiendra ».

Concernant l’annulation d’une liste de constructreurs agréés pour le montage automobile en Algérie, qui avait été évoquée par le RCD pour expliquer ce qu’il a estimé être un éloignement du premier ministre Ahmed Ouyahia, Seddik Chihab a indiqué qu’ « il y a un responsable du secteur, un conseil des ministres qui sont là pour prendre des décisions ». « ce n’est pas une question d’Ouyahia seul, mais d’un gouvernement » a-t-il ajouté.