Politique et corruption : graves accusations contre Saïd Sadi et le RCD

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et son ex-président Saïd Sadi ont fait l’objet de graves accusations de la part du groupe parlementaire des députés indépendants.

En effet, le groupe parlementaire des indépendants, dont fait partie l’ex-député du RCD Nordine Aït Hamouda, a dénoncé dans une déclaration rendue publique des pressions qu’exerceraient des députés du parti fondé par Saïd Sadi sur les élus indépendants. « Depuis notre installation à l’APN, des pressions insistantes sont exercées sur nos députés par les parlementaires du RCD » affirment les élus indépendants, qui affirment que ces pressions ont pour but de « rallier les nôtres (élus indépendants, ndlr) à une manœuvre médiatique, camouflée en commission d’enquête sur la gestion de la résidence d’Etat, Club des Pins ». « Ces agissements et pratiques, qui attestent du niveau et de la culture politique de leurs auteurs, viennent en contradiction des dispositions de la loi électorale et du règlement intérieur qui établissent désormais la fin du nomadisme politique » ont dénoncé les députés indépendants.

Concernant justement la commission d’enquête sur la gestion de la résidence d’État du club des pins, que le RCD appelle à mettre en place, les signataires de la déclaration ont reproché aux dirigeants du parti de Mohcine Belabbès d’avoir eux mêmes bénéficié de « largesses » et de « privilèges » à cette même résidence d’État. « Il est à rappeler à nos confrères du RCD que, pour instaurer une commission d’enquête parlementaire, sur la résidence d’Etat, la décence les oblige à faire état de toutes les largesses et autres privilèges dont leurs cadres et direction politique ont bénéficié à titre gracieux, jusqu’en juin 2003, bien après les tragiques événements du printemps noir 2001, en leur qualité de résidents à la résidence d’Etat, pour de longues années » ont affirmé les signataires de la déclaration, qui citent l’ancien président du RCD Saïd Sadi parmi les bénéficiaires des avantages accordés aux résidents du club des pins. « Nous ne parlons pas ici de tous les traitements de faveur dont avait bénéficié l’ex-président du RCD, lui-même résident au Club des Pins, pour ses réservations à l’hôtel Sheraton pour son compte et celui de ses amis et proches » peut-on lire dans le même document.

« En ce qui nous concerne, dans le souci de la moralisation de la vie politique et de veiller au bien du peuple, nous ne ménagerons aucun effort afin d’éclairer l’opinion publique sur les malversations de tous genres et la corruption qui ronge et biaise la pratique politique de notre pays. L’enrichissement illicite par l’action politique est un fait établi aussi bien pour certains cadres du pouvoir que les chantres de l’opposition démocratique » promettent les signataires de la déclaration qui affirment qu’il y aura « bien des surprises » en cas de mise en place d’une commission parlementaire pour enquêter sur la gestion de la résidence d’État du club des pins. « Elle (la commission, ndlr) lèvera le voile sur bien des impostures qui mangeaient avec le loup, tout en criant avec le berger » affirment-ils

Enfin, les élus indépendants interpellent les députés du RCD afin de cesser « tout contact malsain et leurs manœuvres par l’envoi de leurs députés à qui nous témoignons notre respects dû aux femmes ». « Nous informons l’ensemble de nos confrères parlementaires que, désormais, il a été décidé en ce qui nous concerne que tout contact politique avec nos députés devra passer par Monsieur Nordine Aït Hamouda que nous déléguons à cet effet avec toutes les prérogatives y afférentes » conclut la déclaration.