Report des élections présidentielles en Algérie : le peuple réagit (photos et vidéos)

Algérie – À la suite de l’annonce de Abdelaziz Bouteflika du report des élections présidentielles, les étudiants et d’autres franges de la société ont réagi par des actions de rue, afin de signifier leur désapprobation du plan présidentiel de sortie de crise.

Les étudiants se sont rassemblés aujourd’hui à la Grande poste d’Alger pour manifester contre le prolongement du quatrième mandat. Ils ont continué à scander des mots d’ordre contre le système.

Les manifestants refusent la nouvelle feuille de route proposée par le Président et continuent de scander : « pas de prolongation, pas de transition, on veut votre départ », « pas de transition avec la mafia », « ni Bedoui ni Lamamra, la solution c’est votre départ ».

Il faut dire que la solution proposée par Bouteflika ne fait pas l’unanimité, la confiance étant rompue entre les gouvernés et les gouvernants. Toutes les mesures prises par le pouvoir politique ne sont reçues que comme des manœuvres qui permettraient au système de se régénérer.

Les étudiants, qui ont joué un grand rôle dans la protestation, ont été les premiers visés pour casser la dynamique citoyenne en avançant la date des vacances du printemps. Une décision sur laquelle le ministre est revenu après la mobilisation estudiantine. Ils sont à l’avant-garde de la révolte et restent vigilants pour déjouer les manœuvres du système et la récupération politique du mouvement.

En Kabylie les citoyens de Larbaâ Nath Irathen répondent à Bouteflika

Les citoyens de Larbaâ Nath Irathen sont sortis en masse pour dire non au système. Ils ont investi les rues de leur bourgade perchée sur la montagne, qui a vu naitre Lalla Fatma N’Soumer, Abane Ramdane et beaucoup de figures de résistance, pour crier leurs ras le bol et dire non aux « manœuvres du pouvoir ».

Les citoyens ont voulu répondre à la dernière décision du Président, ils ont chanté pour le départ du système et de tout ceux qui le représentent dans leurs villes. Pour la première fois dans cette révolte les citoyens ont exigé la démission du maire d’obédience Front de libération national (FLN), le départ du Chef de daïra ainsi que le Chef de sûreté de daïra, deux commis de l’État.

Les photos de Matoub Lounes étaient très présentes ainsi que les trois drapeaux qui représentent la diversité en Kabylie. Les militants indépendantistes, autonomistes ainsi que les nationalistes ont marché ensemble pour dire d’une seule voix non au système.

Une prise de parole a eu lieu après la marche, où une déclaration a été lue appelant les citoyens à rester vigilants et mobilisés.

Par ailleurs les citoyens ont investi la rue dans plusieurs localités du pays : Azazga, Draâ El Mizan en Kabylie, Bouira, Béjaïa, Constantine, Mascara, Guelma.

Lire aussi : Annonces de Bouteflika : les Algériens réagissent sur les réseaux sociaux