Conflit avec Saïd Bouteflika et Haddad : Les révélations de Tebboune

19/10/2019 19:52

Algérie - Abdelmadjid Tebboune, ancien Premier ministre algérien et candidat potentiel à l'élection présidentielle du 12 décembre prochain, s'est exprimé, ce vendredi, pour la première fois sur « l'incident d'El Alia ». Cet incident lors des funérailles de feu Reda Malik concerne Tebboune, Saïd Boutefika et Ali Haddad.

Le postulant à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 a indiqué que Saïd Bouteflika et Ali Haddad ont fait exprès de le marginaliser lors de la cérémonie funéraire au cimetière d'El Alia, le 30 juillet 2017. « J’ai compris que c’était de la provocation. Et j’avais méprisé leur acte », a révélé Abdelmadjid Tebboune dans une interview accordée à la chaîne arabophone Al-Hayat.

Pour rappel, le fameux incident a soulevé, à l'époque, une vive polémique sur la scène politique nationale. Saïd Bouteflika et Ali Haddad, tous deux actuellement incarcérés, se sont distingués par des rires et des étreintes devant un Premier ministre mis à l’écart.

L'incident coïncidait avec un conflit qui opposait Abdelmadjid Tebboune, en tant que Premier ministre, à des oligarques soutenus par le frère et conseiller de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Limogeage de Tebboune

Abdelmadjid Tebboune s'est expliqué également à propos de son limogeage de la tête de l’exécutif deux semaines après le fameux incident. Il a révélé que le directeur du cabinet de la Présidence de l’époque, Ahmed Ouyahia, lui a communiqué son limogeage au lendemain de son retour de France.

Tebboune a affirmé qu'il était « considéré comme étant un Premier ministre symbolique ». Il a aussi révélé que des instructions étaient adressées aux ministres de son gouvernement par Ahmed Ouyahia et Saïd Bouteflika. « La Banque d’Algérie et d’autres institutions comme les Douanes ont été interdites de travailler avec moi ou de me communiquer des chiffres », a-t-il révélé.

Laisser un commentaire