Photo archives : Nouria Benghabrit, ministre de l'éducation nationale
Photo archives : Nouria Benghabrit, ministre de l'éducation nationale

Une rumeur avait pas mal circulé ces derniers temps, selon laquelle la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghebrit, aurait supprimé deux matières à l’épreuve écrite du Baccalauréat, à savoir : les sciences islamiques et l’histoire.

La pesse avait rapporté dernièrement, que les sciences islamiques et l’histoire avaient été retiré de l’examen du BAC, suscitant ainsi la colère des islamistes. Le président de l’association des Oulémas, Abderrazak Guessoum, aurait d’ailleurs, appelé au limogeage de la ministre, parce qu’elle aurait « échoué » dans sa mission.

Les membres de cette association l’ont accusé, d’avoir préféré collaborer avec des experts français et d’avoir totalement ignoré les recommandations qu’ils lui avaient soumises lors d’une rencontre officielle dans le cadre de la réforme du système éducatif.

Selon eux, les experts étrangers avec qui la ministre travaille, tentent d’effacer l’identité algérienne en lui recommandant la suppression de la matière d’histoire et celle de l’éducation religieuse.

La ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghebrit, a fini par démentir la suppression des deux matières à savoir : les sciences islamiques et l’histoire, de l’épreuve du BAC. La réforme de l’examen du baccalauréat sera dévoilée durant le premier trimestre de l’année 2019. Selon la ministre, des experts expliqueront toutes les nouveautés au corps éducatif mais surtout aux futurs bacheliers, le moment venu.