Le Ministère de l’Intérieur demande aux Algériens de ne plus donner d’argent aux enfants migrants africains

Selon Hassan Kacimi, chargé du dossier des migrants au ministère de l’Intérieur, « les Algériens ne devraient plus donner d’argent aux enfants des migrants africains qui vivent illégalement sur le territoire national». Cette déclaration a eu lieu lundi 12 novembre  lors d’une conférence de presse sur le sujet des migrants.

Les enquêtes menées par les services de sécurité ont montré que les sommes d’argent collectées par ces enfants sont destinées à des organisations criminelles activant dans le trafic de drogue, la traite d’êtres humains, le trafic d’armes et le soutien aux groupes terroristes dans la région du Sahel. Chaque enfant peut ainsi collecter jusqu’à 50.000 dinars par jour, selon  Hassan Kacimi.

Selon ce même responsable, un réseau qui exploitait 38 enfants africains dans la mendicité vient d’être démantelé à Alger. Le réseau exploitait des enfants nigériens dont certains étaient âgés de seulement 5 ans. Ces enfants ont été regroupés dans un camp de jeunesse à Zéralda, à l’ouest d’Alger.

Des instructions fermes ont été données par le gouvernement « pour lutter contre les réseaux criminels qui utilisent les enfants africains ». « L’État est déterminé à protéger cette catégorie de migrants et à lutter contre les groupes criminels qui menacent la sécurité et l’intégrité de ses enfants », avait affirmé Hassan Kacimi.

« L’Algérie a mobilisé tous les moyens pour lutter contre ces réseaux parce que nous faisons face à une situation difficile pleine de dangers », a encore dit Hassan Kacimi qui a critiqué l’attitude des ONG internationales. Ces dernières critiquent régulièrement les autorités algériennes sur leur gestion de la question migratoire.