Photo archive: avion d'Air Algérie
Photo archive: avion d'Air Algérie

Les techniciens de la maintenance des avions de la compagnie aérienne nationale Air Algérie ont voté, ce lundi 12 novembre, en faveur d’une grève pour la satisfaction de leurs revendications.

Quelques 120 fonctionnaires, entre ingénieurs et mécaniciens d’avions ont entamé une grève dès les premières heures de ce lundi. «Ce mouvement de protestation « inopiné » a été initié collectivement par les ingénieurs de l’aviation, sans aucun couvert syndical pour réclamer à l’administration l’application des clauses de la convention collective signée entre l’administration de l’entreprise et le syndicat», a indiqué Ahmed Boutoumi, directeur du Syndicat national des techniciens de la maintenance des avions (SNTMA), cité par l’agence officielle.

Les revendications sont toujours les mêmes depuis de nombreuses années : «la révision de la grille des salaires et des primes conformément aux dispositions de la convention  collective, l’accélération de l’intégration des travailleurs sous contrats à durée déterminée et l’arrêt des mises à pied abusives et les ponctions sur salaires sans motifs valables», a ajouté M.Boutoumi.

Pour sa part, le P-DG d’Air Algérie, Bekhouche Allache a précisé que «la situation financière de la compagnie ne permet pas de procéder à une révision de la grille des salaires», affirmant que «Air Algérie avait mis cette revendication parmi les priorités à prendre en charge une fois sa bonne santé financière rétablie». Bekhouche Allache a assuré par ailleurs que ce mouvement de grève «n’affecte pas le programme des vols»