Un pouvoir « fantôme » bloque une filiale Cevital, malgré l’autorisation du gouvernement

Photo : Issad Rebrab
Photo : Issad Rebrab

En dépit d’une décision prononcée le 27 novembre dernier par le tribunal de Boudouaou qui ordonne aux douaniers de débloquer, sans condition, l’équipement de la société EVcOn Industry, une filiale de Cevital. Un pouvoir « fantôme » empêche l’exécution de ce jugement et continue de bloquer l’équipement de la filiale du groupe industriel, appartenant à l’homme d’affaires algérien, Issad Rebrab.

Cela nous rappelle l’affaire des équipements destinés à l’usine de trituration de graines oléagineuses prévue à Bejaia. Cette même histoire semble se répéter avec une filiale du même groupe industriel Cevital.

Le tribunal de Boudouaou a émis, le mardi 27 novembre dernier, une formule exécutoire , ordonnant aux douanes de « restituer immédiatement, sans conditions ni restrictions, » la marchandise importée par EvCon Industry, filiale de Cevital. Cela dit, les douanes n’auraient aucune envie d’exécuter ce jugement, ils retiendraient toujours les équipements.

L’équipement, retenu par les douaniers au niveau du port sec de Boudouaou depuis le mois de juillet dernier, est une «presse pour plaques sandwich DL 2300 A5 ». Selon les experts, il s’agit d’«une machine unique en son genre, la première sur le marché mondial, d’une technologie supérieure dans sa fabrication».

Cette machine qui produit des plaques sandwich, serait un prototype fabriqué spécifiquement et exclusivement pour EvCon Industry, après avoir obtenu des brevets et avec la participation de plusieurs pays européens. Cette machine est également dotée d’une technologie unique et qui respecte de l’environnement.