États-Unis : acharnement contre une élue musulmane accusée d’antisémitisme

Photo de Ilhan Omar, élue au Congrès des États-Unis.
Ilhan Omar, élue au Congrès des États-Unis.

Les démocrates américains se sont déchaînés sur la nouvelle élue musulmane au Congrès, Ilhan Omar, à cause de propos jugés antisémites.

Ilhan Omar subit les foudres des dirigeants démocrates pour avoir déclaré que le lobby juif à Washington, AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), achetait le soutien à Israël des hommes politiques américains. Cinq leaders démocrates ont dénoncé les propos de l’élue musulmane, qu’ils qualifient d’antisémites.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, est allée jusqu’à exiger des excuses pour ces propos qu’elle juge « irresponsables ». Cette campagne prend de l’ampleur malgré le fait que la constitution américaine garantit la liberté d’expression, une liberté qui semble relative quand il s’agit de critiquer l’État d’Israël.

Ilhan Omar, récemment élue à la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, s’oppose depuis quelques semaines à une loi anti « boycott d’Israël », parrainée par le sénateur Marco Rubio et qui vise à protéger Israël d’un boycott de la part des citoyens et organismes américains.

Le Président Trump demande la démission d’Ilhan Omar

« L’antisémitisme est réel et je suis reconnaissante à mes alliés et collègues juifs qui me donnent une leçon sur cette histoire douloureuse de rhétorique antisémite », s’est finalement excusée l’élue, mais ses mots furent qualifiés de « lamentables » par le Président des États-Unis, Donald Trump, qui a alors appelé Ilhan Omar à démissionner du Congrès.

Ilhan Omar a rétorqué ce 13 février après-midi sur Twitter, soulignant les discours « haineux » du Président Trump et l’accusant d’être incapable de tirer des leçons de l’impact qu’ont ses mots sur les autres.

« Vous avez évolué dans la haine toute votre vie – contre les juifs, les musulmans, les indigènes, les immigrants, les noirs, etc. J’ai appris des gens touchés par mes paroles. Quand le ferez-vous ? » — Tweet en anglais :

Il faut souligner que le projet de loi, qui autoriserait les États à sanctionner les entreprises américaines participant au mouvement « boycott d’Israël », a provoqué une levée de boucliers aux États-Unis. Plusieurs républicains et organismes de défense des droits civiques soutiennent que la proposition empiète sur la liberté d’expression aux États-Unis.

Lire aussi : Un élu d’origine algérienne appelle au boycott d’Enrico Macias