Wahida Gasti : Une Algérienne dans une mission d’exploration de la planète Mercure

Une Algérienne dans la mission d’exploration de la planète Mercure

Wahida Gasti est une Algérienne qui a quitté le pays en 1994 pour s’installer aux Pays Bas. Elle y étudiera l’électronique jusqu’à décrocher un doctorat. Une fois docteur en électronique, elle intègre très facilement un poste de recherche à l’Agence spatiale européenne  (ESA).

Après plus de 20 ans  de travail dans le “technical directorate” de l’agence, Wahida Gasti a pris part dans la nuit du 19 au 20 octobre à la mission Bepicolombo d’exploration de la planète Mercure.  Avant de lancer deux orbiteurs qui devront se placer en orbite autour de Mercure en décembre 2025 : une prouesse technologique qui permet d’explorer une planète peu connue, alors que sa proximité du Soleil en fait un objectif scientifique majeur.

Wahida Gasti a développé une nouvelle technologie qui a permis de prendre, pour la première fois, des photos en haute résolution du “space craft” de la mission Bepicolombo. En cette nuit du 19 au 20 octobre 2018, Wahida a passé des heures derrière sa console afin de collecter des données sur la manière dont Mercure s’est formée et comprendre pourquoi cette planète dispose d’un gigantesque noyau métallique, étudier plus précisément sa géologie, la composition et les mouvements de la très fine atmosphère qui l’entoure, ou encore scruter son champ magnétique.

Un départ de l’école polytechnique d’Alger

Lorsqu’elle a rejoint l’école polytechnique d’Alger en 1976, Wahida était loin de s’imaginer pouvoir vivre une telle expérience un jour. Elle a grandi à Hydra, dans une fratrie de six enfants, élevés par des parents qui donnaient beaucoup d’importance aux études. Lorsqu’elle termine ses études d’ingénieur à Alger, elle bénéficie d’une bourse d’État pour réaliser un doctorat dans une université française. Une fois son doctorat obtenu, elle est revenue en Algérie en 1986 pour enseigner.

Pour la jeune femme, il s’agissait alors de payer sa dette envers son pays : très reconnaissante envers l’Algérie qui lui a permis de bénéficier d’une bourse d’État pour étudier à l’étranger.

À Alger, lorsqu’elle revient après trois années de recherches effectuées à Strasbourg, elle rejoint l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene de Bab Ezzouar pour y enseigner durant 7 ans. Mais pour aller plus loin dans ses recherches, Wahida n’hésite pas à envoyer son CV à plusieurs institutions étrangères dont l’Agence spatiale européenne en 1994. Elle est tout de suite recrutée et s’installe aux Pays Bas très rapidement, où elle occupe, depuis, un poste à l’ESA.

Cette Algérienne, qui a fait ses études à l’école polytechnique d’Alger il y a plus de 30 ans, a fait partie de la trentaine d’experts de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Agence aérospatiale japonaise (JAXA) qui ont assuré le lancement de la mission d’exploration de la planète Mercure, il y a quelques jours.