Catégories Société
| Le
9 février 2020 14 h 12 min

Algérie : Grosse pression sur une enseignante qui refuse de porter le voile

Par Pica Ouazi

Grosse pression sur une enseignante menacée de mutation par sa directrice pour avoir refusé de porter le voile. Cela se passe dans un CEM à Biskra. En effet, selon le témoignage de Mahtout Chafika, originaire de Tizi Ouzou, la directrice de l’établissement lui a exigé de se couvrir les cheveux, faute de quoi elle sera mutée dans une autre école.

Ainsi, l’enseignante qui a lancé un cri de détresse affirme que la directrice de l’établissement où elle enseigne l’a humiliée et a coupé tout contact avec elle à cause de son refus de porter le voile. Elle explique que malgré sa bonne réputation et ses très bons contacts avec les parents d’élèves, la directrice de l’établissement a tout fait pour salir son image. Elle ajoute que ses ennuis ont commencé lorsqu’elle a refusé de se plier aux exigences de sa responsable considérant la question vestimentaire comme une liberté individuelle.

Mahtout Chafika indique que les responsables locaux de l’Éducation n’ont pas levé le petit doigt, malgré toutes ses plaintes et les injustices qu’elle a subies. Elle souligne que la directrice s’est acharnée contre elle avec une ponction sur salaire injustifié ainsi qu’un blâme écrit, ajouté à son dossier.

Des directeurs qui font de l’école un terrain de luttes idéologiques

L’enseignante a tenu à alerter le corps des enseignants ainsi que l’opinion publique sur sa situation qui ne cesse de se détériorer avec la programmation de son passage en conseil de discipline et la menace de mutation qui pèse sur elle. Mahtout Chafika conclut qu’étant mère de deux enfants en bas âge et ayant loué dans la ville de Biskra pour une année qu’elle a payé à l’avance, elle ne pourra supporter une mesure de mutation.

Il faut souligner que le secteur de l’Éducation ne cesse de défrayer la chronique avec ce genre de décisions qui remettent en cause les lois de la République. Des décisions qui ont des conséquences désastreuses telles que la tentative de suicide d’une élève dans un lycée à Tkout, à Batna, suite à la convocation de ses parents pour avoir discuté avec un camarade de classe.

Lire aussi : Education : Abdelmadjid Tebboune va-t-il se coucher devant les islamistes ?

En poursuivant votre navigation vous acceptez l'utilisation des cookies selon notre Politique de confidentialité .

En savoir plus