Catégories La unePolitique
| Le
20 septembre 2020 21 h 30 min

Algérie : Quatorze ex-ministres bientôt devant le tribunal de Sidi M’hamed

Par Maacha H.

Plusieurs anciens ministres algériens ayant servi du temps de Abdelaziz Bouteflika vont bientôt comparaître devant le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger. Les concernés devront s’expliquer sur plusieurs dossiers liés à la corruption, a indiqué, dimanche 20 septembre, le quotidien francophone Le Soir d’Algérie.

Ce ne sont pas moins de quatorze anciens ministres qui seront bientôt convoqués au tribunal de Sidi M’hamed pour y être jugés pour des faits de corruption. En plus des anciens ministres Chakib Khelil et Abdeslam Bouchouareb, qui demeurent toujours en fuite, douze autres responsables sous l’ère de Abdelaziz Bouteflika seront entendus.

Il s’agit de :

  • Necib Hocine, ex-ministre des Ressources en eau.
  • Mohamed Hattab, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports.
  • Temmar Abdelwahid, poursuivi en qualité d’ancien ministre des Travaux publics et des Transports.
  • Temmar Abdelhamid, ancien ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements.
  • Boudjemaâ Talaï, ministre des Travaux publics et Transports.
  • Nouri Abdelwahab, ministre des Ressources en eau.
  • Bouazghi Abdelkader, plusieurs fois wali et ancien ministre de l’Agriculture.
  • Rahiel Mustapha Karim, ancien ministre directeur du cabinet de Abdelmalek Sellal
    .
  • Mohamed Ghazi, ancien ministre du Travail.
  • Mohamed Bedjaoui, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien président du Conseil constitutionnel,
  • Tamazight Djamila, ancienne ministre de l’Industrie.
  • Houda Feraoun, ancienne ministre des Télécommunications.

À cette liste s’ajoutent également les noms de plusieurs anciens walis ainsi les deux anciens PDG de Sonatrach Meziane Mohamed et Abdelmoumen Ould Kaddour, en sus de hauts cadres de cette entreprise publique.

Les noms de tous ces anciens responsables sont cités dans de nombreuses affaires de corruption. Certaines d’entre elles ont déjà été entamées. Il s’agit notamment de la réouverture du dossier Sonatrach II, ainsi que de ceux liés aux hommes d’affaires poursuivis pour corruption et obtention d’indus avantages.

Les auditions se dérouleront au niveau du tribunal de Sidi-M’hamed à Alger après la récente décision d’ôter aux anciens ministres et hauts responsables le privilège d’être entendus uniquement par de hauts magistrats, ceux de la Cour suprême en l’occurrence.

Lire aussi: Algérie : Saïd Bouteflika bientôt dans une prison civile ?

Abonnez vous Gratuitement
A la newsletter
Continue Reading
Maacha H.

Voir les commentaires