Algérie : Saïd Bouteflika refuse de répondre au juge

Convoqué pour témoigner dans l’affaire du financement illicite de la campagne électorale pour le 5e mandat, Saïd Bouteflika, frère et ex-conseiller du président déchu, Abdelaziz Bouteflika a refusé de se prononcer 

En effet, Saïd Bouteflika a refusé de répondre aux questions du juge d'instruction près le tribunal de Sidi Mhamed à Alger. Il devait répondre aux graves accusations de ses ex-compagnons. Ce samedi matin, lors de son audition, Ali Haddad patron de l’ETRHB a cité Saïd Bouteflika comme étant l’ordonnateur du transfère de la somme de 80 milliards de centimes du QG de campagne électorale de Bouteflika, situé à Hydra, au siège de l’ETRHB à Dar El Beida « de peur qu’ils soient cambriolés ».

Le frère de l’ex-président de la République a été convoqué sur instruction du procureur de la République près le tribunal Sidi M’Hamed. Son nom été été cité par tous les accusés dans l’affaire du financement illicite de la campagne électorale pour le 5e mandat.

Saïd Bouteflika est déjà condamné dans une autre affaire

Rappelons que Saïd Bouteflika est actuellement incarcéré à la prison militaire de Blida, où il purge sa peine. Le tribunal militaire de la première région militaire l’a condamné, au mois de septembre dernier à 15 ans de prison ferme pour « complot contre l'État» et « atteinte à l’autorité de l’Armée ».

Il est emprisonné en compagnie des généraux Toufik et Bachir Tartag ainsi que Louisa Hannoune, condamnés pour les mêmes chefs d'inculpation. Le nom de Saïd Bouteflika revient souvent dans les témoignages des accusés dans le procès de corruption dans le secteur automobile qui se déroule actuellement au tribunal Sidi M’Hmed à Alger.

Lire aussi : Algérie : Ali Haddad accuse gravement Saïd Bouteflika