Algérie : Un marocain tué et deux autres condamnés à perpétuité

Le tribunal criminel près la cour d’Oran, dans l'ouest algérien, a condamné la semaine dernière, deux ressortissants marocains à perpétuité. Tandis qu'un autre complice a été abattu lors de leurs arrestations, rapporte ce jeudi 2 janvier le quotidien francophone l’Expression. Ils avaient été arrêtés avec plus de 500 kilogrammes de kif traité.

Selon la même source, les deux mis en cause sont les têtes d’un vaste réseau transfrontalier Algéro-Marocain de trafic de drogue. Ce dernier prend sa source à partir du Maroc, en transitant par la ville du Sud, Tebalbala dans la wilaya de Bechar pour finir au Mali ou en Libye.

En effet, l’affaire remonte au mois de novembre 2016 quand les éléments des gardes-frontières algériens ont arrêté au lieudit Bousseroual à Tebalbala, les deux ressortissants marocains, alors qu’ils étaient à bord d’une voiture de marque Toyota Station, avec à son bord une quantité de 519 kg de kif. Lors de cette opération, un narcotrafiquant marocain a été abattu tandis qu’un autre a réussi à prendre la fuite après un accrochage ayant opposé les éléments de la gendarmerie et les narcotrafiquants marocains.

Les mis en cause reconnaissent les faits

Accablés par les preuves, les prévenus ont reconnu leurs crimes. Ils ont donné le nom du principal accusé, un certain Salek, appelé Bousnina. Ce dernier serait le chef de cette dangereuse bande qui a comme plan de transformer le sud algérien en plaque tournante du trafic du cannabis marocain.

Il importe de souligner que le problème des flux de drogue marocaine met à mal les relations déjà très détériorées entre l'Algérie et le Maroc. Selon les autorités algériennes, plus de 500 tonnes de résine de cannabis ont été saisies entre 2010 et 2016.

La semaine dernière, les unités de l’armée algérienne ont saisi 1,25 tonne de résine de cannabis dans la région de Bechar près de la frontière avec le Maroc, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale. Le sud algérien constitue ces dernières années, un espace de transit privilégié pour les filières de drogue marocaine en raison de l'immensité du territoire et l'étendue de ses frontières terrestres entre les deux pays, et la proximité des zones de culture du cannabis.

Lire également : Maroc : Un réseau de traite d'êtres humains mis hors d'état de nuire