Ahmed Oul
21/10/2019 12:41

Cartes de séjour en France : La galère des Algériens avec les préfectures

Les ressortissants étrangers résidant en France, dont les Algériens, rencontrent d’énormes difficultés pour déposer ou renouveler une demande de carte de séjour ou de naturalisation auprès des préfectures françaises. En effet, prendre un rendez-vous sur le site de la préfecture relève d'un parcours du combattant, indique Ouest France.

Les demandeurs de titres de séjour en France sont désormais dans l'obligation de passer par des prises de rendez-vous en ligne pour poursuivre leurs démarches administratives en préfecture. Cependant, cette méthode rend la tâche difficile, voire impossible, mettant parfois les étrangers en situation irrégulière.

Les associations pour la défense des migrants relèvent que la « dématérialisation » des démarches administratives rend la prise de rendez-vous difficile, voire impossible pour certaines catégories de sans-papiers en quête de régularisation.

Les services en ligne pour la prise de rendez-vous, généralisés dans les préfectures françaises depuis 2 ans, compliquent davantage la situation des demandeurs. Aussi, le risque de rater les délais établis pour faire ses papiers est grand. Souvent, il faut compter plusieurs mois d’attente pour obtenir un rendez-vous. Une situation problématique pour des milliers d’étrangers établis en France.

Une plainte contre la France et des rassemblements de protestation

Des dizaines de ressortissants étrangers, dont des Algériens, soutenus par des associations de migrants parmi lesquelles La Cimade, le Gisti ou la Ligue des droits de l’homme (LDH) ont déposé, mercredi 9 octobre, des recours en référé contre l’État français, pour dénoncer l'impossibilité d’obtenir un rendez-vous par internet pour régulariser leur situation.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Dans la même journée, des rassemblements ont également tenu devant les préfectures de Bobigny (Seine-Saint-Denis), Créteil (Val-de-Marne), Nanterre (Hauts-de-Seine) et d’Évry (Essonne).

La Ligue des droits de l’homme indique que « faute de créneaux suffisants, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui s’acharnent pendant des mois » pour avoir un rendez-vous.

Un marché noir des rendez-vous

Devant l'impossibilité d'obtenir un rendez-vous sur le site internet de la préfecture, de nombreux migrants se tournent vers le marché noir, développé par quelques « opportunistes ». Ces revendeurs opèrent souvent sur internet ou sur Facebook, proposant des « offres alléchantes ». De quoi attirer beaucoup de clients prêts à payer le prix fort afin de décrocher le fameux rendez-vous.

Nicolas Klausser, responsable de l'association La Cimade souligne que si ce marché noir existe aujourd’hui, c’est surtout à cause du manque d’offres de rendez-vous de la part des préfectures. « Le problème, c’est le manque de créneaux mis à disposition. L’administration ne dispose pas de moyens suffisants et les étrangers en pâtissent », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus