Pica Ouazi
05/11/2019 18:08

Immigration en France : Les Algériens fortement impactés par les restrictions ?

Les Algériens seraient-ils défavorisés par les quotas d'immigration voulus par Emmanuel Macron ? Si l'on prend en considération les relations historiques, culturels et linguistiques, les Algériens comme les ressortissants des pays d'anciennes colonies sont bien partis. En revanche, le climat régnant en France et la stigmatisation des Algériens pourraient faire d'eux les grands perdants de la nouvelle politique migratoire de Macron.

La France durcit de plus en plus sa politique migratoire. En effet plusieurs nouvelles mesures sont prises pour juguler le flux des populations qui viennent s’installer en France. La dernière mesure en date est l’instauration d’une politique de quotas par le gouvernement. Elle a été confirmée aujourd’hui 5 novembre par la ministre du Travail Muriel Pénicaud sur les ondes de BFM TV / RMC.

En effet, une nouvelle politique est mise en place après les déclarations du président français qui a assuré que « la France ne peut pas accueillir tout le monde ». Les prémices des nouvelles orientations ont commencé par la remise en cause de l'Aide médicale d'État (AME), qui permet l'accès aux soins des migrants en situation irrégulière. Une aide que le président français a décidé de réévaluer avec un « panier de soins ».

La deuxième mesure est la réforme du droit d’asile. Sur ce plan, Emmanuel Macron préconise l’intensification de la coopération européenne : « Au niveau européen, on doit travailler pour véritablement avoir des règles communes d’asile ». Le Président français propose plus de restrictions aux demandeurs afin « d’intégrer beaucoup plus efficacement ceux qui ont droit à l’asile : plus de cours de français et une politique de l’emploi plus forte ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

La politique des quotas à partir de l'été

Après ces deux mesures phares de la nouvelle politique migratoire, celle des quotas arrive pour durcir encore plus les conditions d’immigration. Ainsi, pour la ministre du Travail, « l'idée est d'avoir des objectifs chiffrés, ou des quotas. C'est une question de sémantique ». « C'est la France qui recrute par rapport à ses besoins. C'est une approche nouvelle, un peu une approche qu'a le Canada et l'Australie, c'est assez proche », explique-t-elle. La ministre explique aussi que dès la mise en place des quotas l’été prochain, une liste des besoins sera établie. Elle fixera le nombre de personnes par métiers et par territoire.

Lire aussi : La France compte instaurer une nouvelle politique d’immigration

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

  • Il fallait bien s'y attendre la crise économique conjuguée aux tensions liés aux attentats de fanatiques islamistes la société française est en pleine mutation et les seuls à être montrés du doigt se sont les musulmans alors tout cela mis bout à bout ça vous donne des crispations jusqu'au sommet de l'état élection présidentielle oblige le parti au pouvoir doit parler à cette frange de la population qui est à droite pour espérer un vote des extrêmes en faveur de la majorité gouvernementale .

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus