Ahmed Oul
01/11/2019 10:41

France : Nouvelles restrictions pour les sans-papiers algériens

Le gouvernement français s'apprête à réduire drastiquement l'Aide médicale d'État (AME) et la prise en charge par l'Assurance maladie des soins des sans-papiers résidant en France, dont les Algériens.

Ces nouvelles restrictions sur l’accès aux soins pour les ressortissants étrangers, dont les Algériens, qui se trouvent en situation irrégulière en France seront amendées lors du vote des crédits de la mission santé dans le cadre du projet de loi de finances, à l'Assemblée nationale française. En effet, les députés français veulent amender une loi pour que les demandeurs d'asile déboutés et sous le coup d'une obligation de quitter le territoire ne soient plus autorisés à demander l'Aide médicale d'État.

La ministre française des Solidarités, Agnès Buzyn, avait récemment déclaré que les nouvelles mesures assureraient aux sans-papiers l'accès à tous les soins, sauf à la chirurgie esthétique, aux cures thermales, à la procréation médicalement assistée, aux lunettes et aux prothèses dentaires ou auditives et aux médicaments à faible service.

Les soins resteront gratuits, mais pour les services les plus coûteux, comme la pose d'une prothèse de la hanche ou l'opération de la cataracte, il faudra demander une autorisation préalable.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Emmanuel Macron veut limiter les excès de l’aide médicale d’État

Par ailleurs, le président français Emmanuel Macron, qui s’est exprimé sur la politique de la France par rapport à l’immigration dans le cadre du débat national, estime que la France doit durcir sa politique migratoire et limiter les excès de l’aide médicale d’État (AME) aux immigrés.

Le président français souhaite « évaluer » le « panier de soins » de l’aide médicale d’État (AME) aux immigrés, tout en s’interrogeant sur la possibilité d’« excès » dans ces prestations.

Dans le même contexte, Emmanuel Macron qualifie l’immigration comme « une opportunité économique ». Mais souhaite, en revanche, que la France ne devienne pas un « pays dans lequel parfois on ajoute la misère à la misère ».

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus