Pica Ouazi
07/11/2019 13:36

Immigration pour les Algériens : Le Québec annule sa nouvelle réforme

Le gouvernement du Québec a décidé de faire marche arrière sur sa réforme du Programme de l'expérience québécoise (PEQ) après la pression qu’il a subie de la part des étudiants ces derniers jours. La décision a été annoncée, hier mercredi 6 novembre, par le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette, rapporte Radio-Canada.

Le gouvernement recule sur cette réforme phare et décide d’accorder une clause de droits acquis aux étudiants et aux travailleurs étrangers temporaires déjà au Québec. Ainsi, les ressortissants étrangers qui sont arrivés au Québec avant le 1er novembre 2019 vont pouvoir continuer avec l’ancien programme.

Cette décision a été prise suite aux rassemblements de protestation organisés par les étudiants étrangers ainsi que les organisations estudiantines québécoise pour dénoncer la nouvelle loi. Le premier ministre québécois François Legault a déclaré : « j’ai été très ébranlé par les témoignages qu’on a entendus ». « Ce que j’ai compris, c'est que même si on n’avait pas rien promis concernant la citoyenneté à des étudiants, il y a quand même des gens, des familles, qui ont fait le choix de venir s’installer au Québec en vertu de l’ancien programme », a-t-il ajouté.

Il faut rappeler que la reforme prévoyait que seuls les étudiants détenant un diplôme correspondant à certains domaines de formation, choisis par le gouvernement allaient pouvoir bénéficier de la citoyenneté canadienne, alors des milliers d'étudiants qui répondaient aux anciens critères lors de leur arrivée devaient repartir dans leurs pays d’origine.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Cependant, malgré le recul sur cette réforme, le premier ministre François Legault a réitéré que l'objectif du gouvernement reste de mieux arrimer le système d'immigration avec les besoins du marché du travail, afin de répondre adéquatement à la pénurie de main-d'oeuvre qui frappe le Québec.

Notons enfin que le Canada cible dans sa politique migratoire, les postulants francophones, issus des pays comme l’Algérie, afin de maintenir l’équilibre démographique entre la population francophone et son homologue anglophone.

Lire aussi : Une famille algérienne, première victime de la nouvelle loi sur l’immigration au Canada

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus