Shérazade
02/11/2019 09:35

Immigration au Québec : nouvelle restriction imposée

Le Québec envisage d’imposer aux immigrés un test de valeurs québécoises dès le début de l’année prochaine. Le test sera une condition incontournable pour l’obtention du certificat d’acceptation du Québec (CAQ). Le gouvernement avait manifesté le souhait de voir les immigrants, une fois entrés au Québec, être soumis au test de valeurs pour l’obtention de la résidence permanente au Canada.

En effet, le gouvernement de François Legault envisage d’imposer ce test dès 2020. Un test qui portera essentiellement sur des données contenues dans la charte québécoise des droits et libertés. Les immigrés devront alors passer le test dans leurs pays d’origine avant même de se rendre au Québec. Les immigrants auront trois chances pour réussir ce test, et les enfants y seront exemptés, tout comme les adultes présentant des problèmes de santé sévères.
Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

L’opposition québécoise n’a pas accueilli à bras ouverts cette nouvelle décision. Elle voit dans cette initiative de la CAQ une manœuvre qui viserait à réduire le nombre des nouveaux immigrés. Le Parti libéral a d’ailleurs estimé qu’ « imposer un test de valeurs démocratiques et québécoises constituera en quelque sorte une barrière à l’immigration ». Le parti a souligné que ce test est susceptible de rendre le Québec beaucoup moins attrayant pour les immigrants, qui seront contraints de choisir une autre destination.

Le Québec n’est plus aussi accueillant qu’avant

Durant la dernière campagne électorale de François Legault, cet homme politique a exprimé sa volonté de réduire considérablement le taux d’immigration. De ce fait le nombre d’immigrés reçu est passé de 50 000 en 2018 à 40 000 en 2019. Le Canada est devenu très sélectif dans sa politique d'immigrations, les visas d’études et les titres de séjour sont de moins en mois délivrés aux Maghrébins.

Le Québec a préféré tourner le dos aux Africains. Puisque le continent africain avait comptabilisé le plus grand taux de refus de visas d'études, estimé à 75 %. L’Algérie est le premier pays touché par ces refus, avec un taux de 86 %.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus