« La diaspora algérienne ne peut rien faire pour l'Algérie »

23/10/2019 10:59

Le président du Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles (REAGE), Fatah El Ouazzani, a estimé que la diaspora algérienne, avec ses 600'000 cadres, « ne peut rien faire pour le pays », contrairement aux communautés expatriées d'autres pays.

Le président du réseau REAGE a été l'invité de la Radio nationale Chaîne 3. S’exprimant sur la diaspora algérienne, il avait déclaré qu’« aujourd’hui dans le monde, on considère qu’il y a un sixième continent qui est la diaspora ». « Elle compte environ 300 millions de personnes dans le monde, générant un flux financier de l’ordre des 400 à 500 milliards de dollars par an avec leurs pays d’origine », explique-t-il.

Fateh El Ouazzani a alors rappelé que « la diaspora algérienne, avec ses 600'000 cadres, chercheurs, universitaires et chefs d’entreprise, est dotée de capacités d’investissement et de décision susceptibles d’être mises au service de l'Algérie ».

L'Algérie ne fournit pas assez d'efforts pour sa diaspora

Par ailleurs, l’intervenant a expliqué que le manque d’investissements productifs des membres de la diaspora algérienne s’explique par l’absence d’un cadre institutionnel. Cela s’ajoute à une confiance qui s’est érodée, à cause des promesses non tenues des politiques. Autrement dit, selon Fateh El Ouazzani, l'Algérie ne fournit pas assez d’efforts pour attirer sa diaspora établie à l’étranger.

Ainsi, le président de REAGE a déploré « l’absence d’interlocuteurs, de mécanismes et de dispositifs pouvant être mis à la disposition des membres de la diaspora algérienne désireux d’investir ou de représenter leur pays à l’étranger ». Enfin, pour Fateh El Ouazzani, il est temps de sortir l'Algérie de cette situation, tout en s’inspirant des exemples d’autres pays, tels que la Chine ou encore l'Inde.

Laisser un commentaire