Ahmed Oul
17/10/2019 13:30

Tension entre le Maroc et l'Espagne à cause des touristes algériens à Melilla

Les autorités espagnoles envisageraient d'accorder aux ressortissants algériens des visas d’entrée valables uniquement sur le territoire de la ville autonome de Melilla, située dans le Rif oriental du Royaume du Maroc, a rapporté cette semaine, le site d'information El Español.

Selon la même source, l'offre des autorités espagnoles aux Algériens vise essentiellement à relancer l’économie de l'enclave espagnole. Cette dernière a été gravement impactée par la décision du Maroc de fermer sa frontière commerciale avec Melilla, en août 2018.

Les autorités espagnoles, via la Commission islamique « Ennour » de Melilla, tentent depuis quelques mois de sceller une coopération avec l’Algérie pour pallier à la rupture avec le Maroc. Youssef Kaddour Adda, président de l'influente instance religieuse, a rencontré, la semaine dernière, la présidente de « Maison Algérie » Houria Sehli, à Valence.

L'offre des responsables espagnols à l’Algérie est d’établir une liaison commerciale maritime entre le port de Melilla et celui d'El Ghazaouet en Algérie et la facilitation de la circulation des personnes dans le cadre du tourisme et d'affaires. En échange, l'Espagne ouvrira les portes des mosquées de son enclave aux imams algériens à la place des Marocains.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

« Le projet d’une liaison maritime entre Melilla et le port d’El Ghazouet a été également au menu des entretiens. Mme Houria Sehli nous a proposé de nous rendre à Alger pour y rencontrer des responsables aux ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur et des Affaires religieuses et approfondir les consultations », a précisé Youssef Kaddour Adda.

Vive colère au Maroc

Le projet de coopération entre l’Algérie et Melilla a provoqué une vive polémique au Maroc. Plusieurs partis politiques et médias marocains ont critiqué la démarche des autorités espagnoles.

Le président de la Commission islamique « Ennour » de Melilla a répondu à la mauvaise interprétation des médias marocains de ses négociations avec la partie algérienne. « Ils disent que nous voulons vendre les mosquées à Alger. Ce qui est faux. Nous ne sommes pas, d’ailleurs, les propriétaires des lieux de culte, mais ils appartiennent au gouvernement », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus