Pica Ouazi
15/10/2019 11:39

Visa Schengen pour les Algériens : Taux et raisons de refus

L'interruption d’octroi de visas aux Algériens pendant la journée du 13 octobre à cause d'une coupure de connexion chez VFS Global a relancé le débat sur la délivrance de visas Schengen en Algérie. La chaîne de télévision Numidia a réalisé un reportage sur les tenants et aboutissants de cette question.

De plus en plus de refus au Consulat de France

En se déplaçant devant VLS Global, la chaîne de télévision a montré le peu d’engouement des Algériens à demander un visa, contrairement à l’année précédente, où des queues interminables caractérisaient le centre. Les personnes questionnées sur place ont aussi délivré des témoignages sur le recul d’octroi de visas pour toutes les catégories, à commencer par les visas d’études où des étudiants se voient refuser le sésame « malgré des dossiers en béton ».

D’autres personnes, habituées à recevoir un visa sans problèmes se voient refuser le document. Ceux-là assurent qu'ils avaient des visas de circulation d'une année et plus, auparavant. Depuis le début de l'année 2019, même les catégories socioprofessionnelles qui avaient des avantages par le passé – tels les médecins, les juges et les journalistes – se retrouvent avec des demandes refusées sans motif convaincant.

Les Algériens premiers en termes de refus de visas Schengen

Alors qu’ils sont 17 % de Tunisiens et 14 % de Marocains à se voir refuser leurs demandes de visas, ils sont 47 % d'Algériens à qui le consulat répond défavorablement. Les chiffres donnés par le ministère des Affaires étrangères confirment ce recul, même si les déclarations du consul de France disent le contraire. En effet, alors que la France a délivré 413'0000 en 2017 elle n'en a délivré que 279'000 en 2018. Durant cette année, à la même période que l’année passée, le nombre de refuse a progressé de 28 % selon les chiffres cités par la chaîne de télévision.

Remboursement d'une partie des frais en cas de refus

Certains demandeurs de visas revendiquent le remboursement d'une partie des frais de dossier afin de pouvoir déposer d'autres demandes. Il faut signaler que depuis le début de l’année, les Algériens ont déboursé plus de 200 milliards de centimes en frais de demande de visa Schengen, alors qu’ils ont déboursé plus de 300 milliards l’année passée. Ces frais, qui renflouent les caisses des ambassades concernées par la délivrance des visas Schengen, ne sont pas remboursables.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Quelques raisons de refus de visas Schengen aux Algériens

Une bonne partie des refus est explicable par certaines incohérences dans les dossiers déposés. Ainsi, certaines personnes fournissent des réservations d’hôtel sans confirmation ou font confiance à des agences qui offrent des réservations falsifiée. D'autres fournissent, en plus, une invitation qui stipule que la prise en charge est assurée, ce qui met en doute la véracité des deux documents.

On peut ajouter à cette première raison les documents qui attestent que le demandeur possède les ressources financières nécessaires au voyage. À savoir 120 euros par journée durant le séjour, ajoutés à cela 200 à 300 euros pour d'autres frais. Il faut aussi noter que certains dossiers contiennent des incohérences, telles qu’une attestation bancaire de 5'000 euros pour une fiche de paye de 40'000 dinars par mois.

D'autres demandeurs déposent des assurances de voyages et des réservations d'hôtels qui ne couvrent pas la période de leurs séjours alors que d’autres déposent des demandes parallèles dans d'autres consulats. Ces erreurs dans le dossier peuvent être autant de raisons de refus.

Lire aussi : La France suspend-elle l’octroi des visas aux Algériens ?

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus