Aylan Afir
22/09/2019 17:17

La concurrence entre Air Algérie et Royal Air Maroc risque de basculer

La concurrence entre la compagnie aérienne algérienne Air Algérie et la compagnie aérienne marocaine Royal Air Maroc (RAM) risque de basculer d'ici quelques années en faveur de la compagnie marocaine. En effet, Air Algérie risquerait la faillite d'ici 2021 alors que son concurrent marocain dévoile sa stratégie pour un « modèle économique pérenne ».

En effet, le PDG de la Royal Air Maroc, Abdelhamid Addou, a dévoilé cette semaine la stratégie de la compagnie marocaine à l'horizon 2025. Une stratégie qui inclut le contrat-programme « en cours de finalisation », selon le journal l'Économiste.

« Le document est en cours de finalisation. C'est une question de quelques mois. La nouvelle stratégie permettra d'asseoir un modèle économique pérenne, créateur de valeur et garantir les conditions favorables à une taille critique », affirme le média marocain, qui plaide aussi pour l'urgence de la signature du contrat-programme entre l'État marocain et Royal Air Maroc.

Vers une faillite d'Air Algérie d'ici 2021 ?

C'est de mauvais augure pour la compagnie nationale algérienne Air Algérie. Surtout qu'un document de l'Inspection générale des finances (IGF), datant de 2017, évoque le risque d'une faillite à l'horizon 2021. Le rapport affirmait que le transporteur algérien ne peut pas supporter le paiement des intérêts d'un crédit bancaire. Il exhortait les pouvoirs publics à l'exonérer de cette lourde dépense, faute de quoi il risque de déclarer faillite dès 2021. L'IGF conseille à Air Algérie d'optimiser la rotation de la flotte pour un « meilleur flux financier ».

Le contrat-programme qui va mettre Air Algérie loin derrière la RAM

Du côté de la Royal Air Maroc, la nouvelle vision devra faire de la compagnie marocaine « un leader à l'échelle de la région ». « La compagnie s'est résolue à renforcer son rôle de porte-drapeau du Maroc », soutient-on aussi au Maroc. Ce transporteur marocain veut passer du statut de compagnie traditionnelle avec un hub régional à celui de transporteur global orienté client avec un rythme soutenu et une croissance supérieure.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Il s'agit d'une accentuation de la concurrence. Pour cela, le contrat-programme préconisé par la RAM et l'État du Maroc va devoir doubler la flotte du transporteur du Royaume. Mais pas seulement, puisqu'il préconise également le renforcement des destinations (passer de 103 à 120), des bases touristiques, des bases domestiques et des alliances.

« Royal Air Maroc est amenée à augmenter sa flotte et s’ériger en transporteur global au rythme de croissance supérieur pour mieux servir les intérêts du tourisme national », a précisé le PDG lors d'une manifestation sur le tourisme.

Lire aussi : Air Algérie et Royal Air Maroc : la concurrence s’intensifie

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus