Pica Ouazi
05/10/2019 13:30

Véhicules de moins de 3 ans : Quel intérêt pour les Algériens ?

La décision du gouvernement d’autoriser l’importation des véhicules de moins de 3 ans suscite beaucoup d’interrogations sur son utilité pour les citoyens. En effet, cette disposition présentée comme une opportunité pour le citoyen ne serait que de la poudre aux yeux, selon plusieurs spécialistes.

Ainsi, autoriser l’importation des véhicules usagers ne fait pas l’unanimité même au sein du gouvernement. La ministre de l’Environnement, a affirmé mardi dernier, son opposition à l’importation des voitures diesel en soulignant son incohérence aussi bien avec la stratégie de son département que celle de la communauté internationale visant à interdire, à court terme, l’utilisation des motorisations diesel.

Les économistes affirment que le retour à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, ne profiterait nullement aux citoyens. Les premiers effets se sont ressentis sur le cours de la devise sur les marchés noirs le faisant flamber pour atteindre la barre symbolique des 200 dinars après avoir dégringolé autour de 160 et 170 dinars durant les mois précédents. Il faut ajouter que les prix des véhicules de moins de 3 ans en France ne les rendent pas aussi attractifs pour le client algérien.

À titre d’exemple une voiture citadine de 2017 reviendrait en moyenne au minimum 9 000 euros, qui devraient être procurés sur le marché noir auxquels viendraient s’ajouter les frais d’assurance, de transport et de séjour, soit près de 10 000 euros. En calculant les taxes douanières le véhicule reviendrait à environ 2 400 000 DA. Elle coûterait beaucoup plus chère que le même modèle assemblé en Algérie est proposé autour de 2 000 000 DA.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Il faut signaler aussi que cette formule est tributaire des visas, en sachant que cette opération est la plus délicate vu que ces derniers sont délivrés en compte-goutte par l’ambassade français en Algérie. En fin de compte, cette mesure ne changera rien au marché de l’automobile en Algérie et ne va pas influencer le marché pour que les prix baissent.

Lire aussi : Voitures d’occasion : Les Algériens devront se procurer la devise au marché noir

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus