Pica Ouazi
04/11/2019 15:15

Une femme et son bébé dans le coma : La clinique El Djouher accusée

Une femme de 24 ans  se retrouve dans un coma profond à l’hôpital Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou depuis 2 mois et demi, alors que son nouveau-né est hors de danger après avoir été dans le coma pendant 20 jours. Son mari accuse le personnel de la clinique El Djouher où elle a accouché par césarienne.

Témoignage du mari

En effet, Yazid, le mari que nous avons rencontré, est persuadé que si le personnel avait fait son travail comme il se doit, sa femme ne serait pas dans cette situation. Il affirme « qu’elle a été suivie et a subi tous les examens nécessaires au sein de la clinique El Djouher de Tizi-Ouzou ». Yazid ajoute que  « sa femme de 24 ans était en très bonne santé lors de son admission pour un accouchement normal ». Il a été surpris de l'appel de son frère qui l'avait informé que sa femme est dans état critique. Se trouvant en France, Yazid est rentré en Algérie en urgence. À son arrivée il a appris que les choses se sont compliquées après l’administration de la péridurale à sa femme.

Il accuse le personnel médical d’avoir « laissé sa femme sans surveillance ». Yazid raconte que « de retour dans le service de maternité, l'infirmière a trouvé sa femme dans le coma, victime d’un arrêt cardiaque respiratoire. Prise de panique, cette dernière a alerté le personnel et surtout la gynécologue qui se trouvait en consultation au lieu d’être au chevet de sa femme ».

Yazid s’interroge aussi sur les raisons qui ont poussé le personnel de la clinique à attendre 5 heures (de 14 h à 19 h) pour évacuer sa femme à l’hôpital. Il signale que « les responsables ont attendu l’anesthésiste permanent de la clinique, qui était en vacance, pour accompagner sa femme à l’hôpital et signer les papiers nécessaires alors que ce n’est pas ce dernier qui a administré la péridurale à sa femme ». Le mari qui se retrouve au chevet de son épouse et sa fille depuis trois mois conclut que « les responsables de la clinique n’ont pas cherché après sa femme depuis son admission au CHU de Tizi-Ouzou ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Les responsables de la clinique réfutent la thèse de la négligence

Nous avons contacté les responsables de la clinique El Djouher pour avoir des éclaircissements sur cette affaire. Le docteur Amrous nous a reçus et a bien voulu répondre à nos questions. Il affirme que « le jour de l’accouchement la patiente était admise dans la salle d’accouchement, ou il y avait une infirmière et une sage-femme en permanence ». Il ajoute « que peu de temps après que le médecin anesthésiste a administré la péridurale, la femme a perdu connaissance brutalement ». « la sage-femme a alerté toute l’équipe qui est arrivée au chevet de la patiente. Ils ont tout fait pour la réanimer et là ils étaient obligés de faire sortir le bébé par césarienne alors que la femme est restée inconsciente » a-t-il affirmé.

« Comme la femme et le bébé étaient inconscients ils ont décidé de les transférer au service de réanimation à l’hôpital Nedir Mohamed » a-t-il indiqué. Le docteur Amrous regrette ce qui est arrivé à la femme et affirme que « la médecine n’est pas une science exacte et que le cas de la patiente fait partie des cas rares ou les médecins ne comprennent pas ce qui se passe ».

Lire aussi : Tizi-Ouzou : encore un décès à la clinique Sbihi

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus