Un Père blanc assassiné en Kabylie honoré en France

Une plaque à la mémoire d'Alain Dieulangard, Père blanc assassiné à Tizi Ouzou
Les quatre Pères blancs assassinés à Tizi Ouzou, en Algérie, le 27 décembre 1994 : Alain Dieulangard, Charles Deckers, Jean Chevillard et Christian Chessel

Le Père Alain Dieulangard, assassiné le 27 décembre 1994 en Kabylie en compagnie de trois autres Pères blancs, s’est vu ériger une plaque commémorative dans l’église Saint-Louis de Lorient, en France, selon Le Télégramme.

La plaque commémorative a été posée le 10 février 2019 sur l’un des mûrs de l’église Saint-Louis de Lorient, située près de Rennes, au nord-ouest de la France.

Selon Le Télégramme, c’est Monseigneur Centène, évêque de Vannes en Bretagne, qui a présidé la messe pour Alain Dieulangard, béatifié le 8 décembre dernier à Oran.

En Kabylie pendant 44 ans, ce Français a été assassiné le 27 décembre 1994, à l’âge de 75 ans, en compagnie des Pères Charles Deckers (Belge naturalisé Algérien, âgé de 70 ans), Jean Chevillard (Français âgé de 69 ans), et Christian Chessel (Français âgé de 36 ans). Les trois premiers cités ont été inhumés au cimetière chrétien de Tizi-Ouzou, alors que la dépouille du plus jeune a été rapatriée vers sa région natale en France.

Leur assassinat par des terroristes déguisés en policiers a jeté l’émoi sur la population de Kabylie, qui ont assisté en masse à leur enterrement au cimetière chrétien, où les youyous des femmes criaient la douleur de tous les habitants de la région.

Lire aussi : La France s’alarme de la situation des chrétiens d’Algérie