Shérazade
16/03/2019 14:45

Alger : Les islamistes chassés du mouvement populaire

Le président du parti du Front pour la justice et le développement (FJD) Abdellah Saad Djaballah a participé aux manifestations d’hier, vendredi 15 mars. Au début de cette marche, des jeunes les ont rejoints, mais les manifestants se sont instantanément retirés de ce groupe après avoir réalisé que ces islamistes étaient indésirables.

Hier à Alger, Observ’Algérie avait croisé Abdellah Saad Djaballah et le député du parti El Adala, Lakhder Benkhelaf. Ces derniers, ayant rejoint le mouvement populaire après la prière du vendredi, étaient soutenus par une vingtaine de jeunes qui scandaient des slogans islamistes et appelaient à bâtir un État islamique. À peine quelques mètres parcourus, les manifestants qui soutenaient Djaballah se sont retirés un à un après avoir réalisé qu’ils étaient « du mauvais clan ».

Après Louisa Hanoune, Ali Benflis et Ali Ghediri, c’était au tour de Abdallah Djaballah. Au niveau du parc Sofia à Alger, Djaballah et Benkhellaf ont était hués et chahutés par les manifestants. Ces derniers ont scandé en boucle « dégage ! » au passage de ces deux hommes politiques appartenant au courant islamiste.

Observ'Algérie a contacté Lakhder Benkhellaf, présent lors de cette manifestation. Pour ce député, « Abdellah Djaballah a soutenu le mouvement populaire depuis le début sans aucun incident ». Benkhellaf a aussi démenti le fait que cette vidéo fut d'abord postée par la chaîne YouTube d’Ennahar puis effacée une heure après sa mise en ligne.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Le député d'El Adala explique alors que « cette vidéo est un montage contre les islamistes. TSA est le seul média à avoir partagé cette vidéo, où on entend une seule et unique personne, probablement un journaliste, scander "dégage" », avait-il déclaré.

Contacté par nos soins, Karim Tabbou, lui aussi présent à la manifestation d'hier, nous a expliqué que « les jeunes qui ont scandé des slogans islamistes ne l'ont pas fait pour manifester un soutien idéologique et engagé aux islamistes. Les jeunes soutiennent Ali Belhadj parce qu'il est victime d’injustice et de maltraitance. Ils appellent à un État islamique en guise de rébellion et non par conviction ».

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus