| Le
29/03/2019 16:21

Algérie : le scénario catastrophe de la France au début du mouvement populaire

Par Aylan Afir

La France avait envisagé un scénario catastrophe en Algérie au début du mouvement populaire, le 22 février dernier. Les responsables de l'État français envisageait le pire, selon le site France TV Info.

L'ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, avait été convoqué en urgence par le président Emmanuel Macron pour une évaluation stricte de la situation en Algérie. La France était en état d'alerte.

« Le gouvernement craignait alors un embrasement avec des troubles violents, de la répression et des conséquences en France avec une arrivée massive de bateaux venus d'Algérie », estime-t-on dans cet article publié ce vendredi à la mi-journée.

Le scénario catastrophe de l'État français évoquait même certains préparatifs dans le cas où les choses dégénèrent en Algérie. « L'exécutif a alors évalué les besoins en matière médicale ou sécuritaire. Un scénario avec trois ports de la Méditerranée dédiés à l'arrivée de ces migrants », est-il précisé.

Mais ce scénario a été abandonné depuis, puisque la France ne craint plus des dérapages. « Les manifestations sont restées pacifiques et le Président Bouteflika est même lâché par l'armée », conclut la même source pour exprimer l'assurance des responsables politiques français.

Lire aussi : Colère populaire en Algérie - Emmanuel Macron s’inquiète pour la France

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus