«Le journaliste Adlène Mellah a été torturé» selon Zoubida Assoul (VIDÉO)

22/11/2018 16:29

Gravissimes accusations de l'avocate et activiste politique Zoubida Assoule. Elle dénonce la «torture subie par le journaliste Adlène Mellah dans la brigade de la gendarmerie nationale de Bab Jdid» située dans la casbah d'Alger.

Le tribunal correctionnel de Sidi M'hamed à Alger a prononcé jeudi la remise en liberté provisoire du journaliste et directeur du site électronique "Dzair Presse", Adlène Mellah avec ajournement de son procès au 7 février 2019. Le journaliste en question aurait été «maltraité», voire «torturé par la brigade de la Gendarmerie Nationale de Bab Jdid» à Alger, selon l'avocate Zoubida Assoul.

Dans des déclarations à la presse, Zoubida Assoul affirme que le journaliste Adlène Mellah est poursuivi pour un délit de presse, qui est en principe non privatif de liberté. Elle affirme également que son dossier est vide et purement politique dans le cadre d'un règlement de compte. Elle annonce entre-autres, une démarche judiciaire pour faire valoir les droits du journaliste.

«On assiste encore à des pratiques qui devaient être révolues par la loi. Le code de procédures pénales ne permet plus aujourd'hui de maltraiter des prévenus. Or, Adlène Mellah a été maltraité, il a été torturé» a déclaré Zoubida Assoul avant d'ajouter que le journaliste a subi des actes de tortures dans «la brigade de Babjdid. Parce-que l'instruction s'est faite là-bas» a t-elle accusé.

Le journaliste Adlène Mellah était en détention provisoire depuis le 26 octobre dernier pour les chefs d'accusation de "menace et chantage de divulgation d'informations attentatoires pour l'obtention de fonds, atteinte à la vie privée et transmission de communications téléphoniques et de discussions privées et confidentielles ainsi que des enregistrements et des photos pris en lieux privés, gardés et mis à la portée du public sans autorisation ni consentement du concerné".

Laisser un commentaire