Le Général Toufik évacué en urgence à l’hôpital : Ce que l'on sait

Le général-major Mohamed Mediene dit Toufik a été annoncé mort mercredi 15 janvier par des médias électroniques. La rumeur a rapidement fait le tour de la toile. Sa famille s'est empressée à démentir. Le mythique patron des renseignements algériens, condamné à 15 ans de prison ferme, est vivant. Mais que s'est-il passé dans la nuit d'hier ? Une source proche de sa famille révèle à Observ'Algérie ce qui en était réellement.

Selon ladite source, le général Toufik aurait été évacué en urgence à l’hôpital militaire de Aïn Naadja dans la banlieue d'Alger. D'ailleurs, il aurait subi une intervention chirurgicale et devait retourner à la prison de Blida aujourd'hui. Son état de santé s'est gravement détérioré depuis son incarcération pour complot contre l'armée. Cette évacuation en urgence du général Toufik à l'hôpital militaire, serait à l'origine de la rumeur sur sa mort.

Sa famille qui a démenti la rumeur sur son décès, avait déjà alerté les autorités sur son état de santé. Elle a pour cela rendu public une lettre dans laquelle elle dénonçait déjà des conditions d'incarcération difficiles pour un homme dans ses 80 ans. A ce titre, le général Toufik aurait une ancienne blessure à la jambe qui, selon sa famille, était contractée lors de sa participation à la guerre de libération. Aussi, celle-ci a empiré suite à une chute à la prison de Blida.

Condamné à 15 ans de prison ferme pour complot contre l'autorité de l'Etat

Pour rappel, le général-major à la retraite, Mohamed Mediene dit Toufik a été condamné à 15 ans de prison ferme par le tribunal militaire de Blida, pour « complot contre l'autorité de l'Etat ». Il a été jugé et condamné en compagnie de ses présumés complices : Saïd Bouteflika condamné à 20 ans de prison ferme, le général Athmane Tartag et la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune, condamnés également à 15 ans de prison ferme.

Le général Toufik était l'homme le plus puissant en Algérie pendant plus de 25 ans, notamment à la fin des années 90. "Rab Dzaïr" (Dieu de l'Algérie), comme aimait le surnommer ses supplétifs, était à la tête du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) de 1990 à 2015.

5 Commentaires

  1. C’est vraiment dommage qu’il crève avant d’avoir répondu à une véritable justice indépendante, et aux nombreuses questions cruciales, et pour notre histoire, sur toutes les affaires où son influence était capitale.
    Autrement ce n’est pas moi qui vais m’apitoyer sur le sort de l’un des plus grand exterminateurs d’Algérien de notre histoire, je ne suis même pas sûr que Bugeaud, et Saint Arnaud combinés auraient massacré autant d’Algériens que ce « R’biyeb ».

  2. Un assassin qui ce fait soigner sa me rappelle un égyptien qui ce pointé a l’audience en tenue de malade et suivie pour au final finir en coup d’état institutionnel . Aujourd’hui il est frais comme un gardon . Tous c assassin leur santé décline pendant l’incarcération mai retrouvé leurs jeunesses une foi libre . Perso qu’il meurent et point final quand tourne la page des années noires

  3. Non Monsieur Gigelli, là encore, vous vous égarez. Le général-major Mohamed Mediene dit Toufik aurait beaucoup de choses à dire sur les affaires de Sonatrach 1 et 2, c’est la DRS qui, à lépoque, avait commencé à s’intéresser aux affaires de corruption à Sonatrach. Rappelez-vous, celà avait déjà débouché à la première fuite de Chakib Khelil et cela a débouché également sur évincement, par le Sieur Boutesrika, de Monsieur Toufik. N’oubliez pas l’histoire (récente) !

    • « là encore, vous vous égarez » ?
      Mais vous êtes mythomane, vous dites ça comme si vous m’aviez déjà démontré que j’avais tort quelque part, dois-je vous rappeler que c’est bien moi qui vous ai interpellé sur le fait que vous trouviez « normal » que des rencontres sportives puissent avoir lieu entre athlètes Algériens, et ceux de l’entité Sioniste, non reconnue par l’Algérie, chose à laquelle vous ne m’avez toujours pas répondu d’ailleurs.
      Concernant votre R’biyeb Toufik, que vous semblez tant vénérer, vous ne faites qu’enfoncer une porte déjà ouvert, et notamment par moi-même, car je dis bien que je préfère qu’il ne crève pas pour qu’il puisse répondre à « à une véritable justice indépendante, et aux nombreuses questions cruciales, et pour notre histoire, sur toutes les affaires où son influence était capitale. » vous êtes usurpateur de surcroît.
      Si Votre R’biyeb s’était intéressé aux affaires de corruption à Sonatrach lorsqu’il était au DRS, ce n’était ni par patriotisme, ni par son amour pour la justice, le monde entier sait que c’était un simple règlement de compte entre Clan des DAF, et le Clan de Oujda, les deux clans traîtres , comme il y en a depuis 1962, rien de plus. Et ce n’est certainement pas avec un argument aussi farfelu, et débile, que vous allez arriver à convaincre les Algériens d’aujourd’hui de l’intégrité, et du patriotisme de votre «Dieu » que vous osez venir défendre ici, vous êtes bien culotté, « Oujhek M’Kazder »
      Quant à l’histoire dont vous évoquez que le nom pour meublez vos propos incongrus, tous les Algériens, savent désormais, que « Rab El Khoubathâa » dit Toufik, est le seul Algérien qui a massacré le plus grand nombre d’Algériens que n’importe quel autre ennemi étranger de toute notre histoire, et vous osez le défendre, vous devriez avoir honte rien que pour a mémoire de ses victimes, et de leurs familles.