Maroc : Un réseau de traite d'êtres humains mis hors d'état de nuire

La police judiciaire marocaine a mis hors d’état de nuire, mercredi 25 décembre, un grand réseau de trafic lié l’immigration clandestine et la traite d'êtres humains, rapporte la presse marocaine. Il est composé de huit personnes spécialisées dans le trafic de visas et de cartes de séjour destinés à ce trafic.

Le bureau central d’investigation judiciaire marocain a affirmé l’arrestation de ces personnes appartenant à un réseau criminel agissant dans l’immigration clandestine et la traite d'êtres humains. Ils étaient spécialisés dans la falsification de visas et de cartes de séjour. Les individus sont accusés de trafic de papiers pour les migrants qu’ils exploitent ainsi que le marchandage de ces derniers. Ils sont aussi suspectés de travailler avec des réseaux internationaux de traite d'êtres humains, pour lesquels ils acheminent des migrants.

Perquisition aux domiciles des individus arrêtés

Les policiers révèlent que lors de la perquisition des domiciles des suspects, les enquêteurs ont mis la main sur de fausses cartes de séjour étrangères, de faux visas et des passeports de nombreux candidats à l’immigration clandestine ainsi que des équipements électroniques, des téléphones portables, des cachets et trois voitures.

Les huit prévenus ont été placés sous mandat de dépôt. Une enquête a été ouverte sous la supervision du parquet pour faire toute la lumière sur cette affaire, identifier l’ensemble des personnes impliquées dans ce trafic et les éventuelles ramifications nationales et internationales de ce réseau. La police annonce aussi que cette enquête servira à assécher les sources de soutien à la bande organisée.

Le communiqué de la police judiciaire marocaine conclu que « le démantèlement de ce réseau criminel s'inscrit dans le cadre des opérations de sécurité visant à lutter contre le crime organisé, en particulier l'immigration clandestine et la traite d'êtres humains, et à combattre ce fléau et ses répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité ».

Lire aussi: Le Maroc accusé d'avoir soutenu le GIA en Algérie durant la décennie noire

1 COMMENTAIRE

  1. allez voir en Libye, une fois vu, vous vomissez un coup ensuite vous irez rassurer sur leur sort ces pauvres africains abusés au Maroc par de pauvres types vils, même en france pays des droits de l’homme, ces pauvres sans papiers sont victimes de leurs propres compatriotes comme certaines filles africaines mises H24 sur les trottoirs de Paris 18 ne parlant du français que 4 mots tels que : « viens chéri, tu montes ? » les autorités semblent dépassés semblent-il