Personnalité : Ali Ghediri

Ali Ghediri est un officier supérieur de l’Armée algérienne qui s’est essayé à la politique, après sa retraite. Inconnu du grand public, il s’est fait connaître en 2018 par des sorties médiatiques qui n’ont pas été du goût de l’état-major de l’ANP, notamment son chef de l’époque, feu Ahmed Gaïd Salah.

Originaire d’Oum El Bouaghi, Ali Ghediri est né en 1954 dans la wilaya de Tebessa, dans l’extrême est de l’Algérie. En décembre 2018, il annonce sa volonté de se présenter à la présidentielle programmée pour le 18 avril 2019. A l’époque les débats faisaient rage sur l’éventualité d’une candidature de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, très malade et très affaibli, pour un cinquième mandat.

Le 3 mars 2019, il dépose officiellement sa candidature au Conseil constitutionnel, mais son directoire de campagne n’a pas tardé à prendre l’eau, notamment avec la démission de son directeur de campagne Mokrane Aït Larbi, et de son responsable à la communication, Hmida Ayachi. Après l’annulation du scrutin et son report pour le 4 juillet, il annonce sa candidature, tout en revendiquant la démission du président par intérim Abdelkader Bensalah et le Premier ministre Noureddine Bedoui. Il finira par renoncer à la participation.

Ali Ghediri sera finalement arrêté le 12 juin 2019 pour entreprise de démoralisation de l’Armée. La justice l’accusera aussi de trahison et d’espionnage au profit d’une puissance étrangère. Cette dernière accusation sera abandonnée une année après. A la prison d’El Harrach, il a été contaminé par le coronavirus. il considère que son incarcération est politique et espère que le président Abdelmadjid Tebboune fera un geste dans le sens de sa réhabilitation.

Page 1 de 2 1 2
Publicité

Heureux de vous revoir

Connectez-vous au compte

Créer un nouveau compte

Remplissez le formulaire pour vous inscrire

Récupérez votre mot de passe

Entrez les détails pour réinitialiser le mot de passe