Personnalité : Louisa Hanoune

Louisa Hanoune est une femme politique algérienne. Elle dirige le Parti des travailleurs (PT) depuis juin 1990, en tant que porte-parole, ensuite, en tant que secrétaire générale. Députée de la wilaya d’Alger pour la 5ème fois successive depuis 1997, elle démissionnera de l’Assemblée nationale dans le sillage du mouvement populaire, Hirak, de 2019 et sera emprisonné en mai pour complot, au même titre que Saïd Bouteflika, le général Toufik et le général Tartag.

Louisa Hanoune est née en avril 1954 à Jijel, dans l’est de l’Algérie. En pleine guerre de libération sa famille fuit l’armée française qui a plastiqué la maison de ses parents. A Annaba, elle deviendra avocate, ce qui lui ouvrira les portes du militantisme, notamment parmi les féministes qui luttaient contre le code de la famille. Elle militera au sein de l’Organisation socialiste des travailleurs (OST) et fondera, en 1990, le Parti des travailleurs (PT) dont elle sera le porte-parole.

Elle sera secrétaire générale et porte-parole à partir de 2003. Louisa Hanoune sera candidate à trois élections présidentielles en 2004, en 2009 et en 2014. Soit face entre autres à Abdelaziz Bouteflika, toujours vainqueur, Ali Benflis (2004 et 2014), Saïd Sadi (2004), Abdelaziz Belaïd (2014) et Mohand Oussaïd Belaïd (2009).

A la faveur du mouvement populaire, Hirak, enclenché en février 2019, louisa soutient les manifestations et participe à une réunion qui va la conduire à la prison militaire de Blida. Cette réunion du 27 mars 2019 a regroupé outre la patronne du PT, le frère du président déchu, en l’occurrence Saïd Bouteflika, le général Toufik et son successeur à la tête des renseignements, le général Tartag, ainsi que l’ex-président Liamine Zeroual. Ce dernier se retirera très vite de l’initiative.

Pour le chef de l’Armée de l’époque, Ahmed Gaïd Salah, cette réunion visait un complot contre l’Etat et l’Armée et conduira les participants devant le tribunal militaire qui les condamnera en septembre à 15 ans de prison. Louisa Hanoune fera appel du verdict et sera rejugée en février 2020 pour être condamnée à trois ans de prison dont neuf mois fermes. Elle retrouvera donc la liberté puisqu’elle aura purgé sa peine.

Page 1 de 2 1 2
Publicité

Heureux de vous revoir

Connectez-vous au compte

Créer un nouveau compte

Remplissez le formulaire pour vous inscrire

Récupérez votre mot de passe

Entrez les détails pour réinitialiser le mot de passe