Personnalité : Lounes Matoub

Lounes Matoub est un chanteur, musicien, auteur-compositeur-interprète algérien d’expression kabyle. Il était un militant de la cause amazighe, y compris durant la période du parti unique quand il n’était pas aisé d’être militant politique. Il a également été un militant de la démocratie et de la laïcité en Algérie, avant son assassinat un certain 25 juin 1998.

Lounes Matoub est né en juin 1956 à Taourirt Moussa, dans la wilaya de Tizi Ouzou, dans la région de Kabylie. Sa scolarité n’a pas été un grand succès, mais il s’intéressera très vite à la musique. En même temps qu’il sera révolté par la négation par le pouvoir post-indépendance de son identité millénaire. Et c’est naturellement que sa chanson sera collée au combat identitaire et démocratique.

Il entame sa carrière artistique durant les années 70, notamment dans les fêtes familiales. Mais en 1978, sa carrière change de chemin en France, surtout après avoir rencontré le chanteur Idir. Durant le printemps berbère, Lounes Matoub se trouvait à Paris, en France pour un concert à l’Olympia. Incapable d’être avec les militants en Kabylie, il vivra cette expérience. D’ailleurs, à partir de là, sa chanson sera définitivement liée au combat identitaire et démocratique.

Son combat, Lounes Matoub le paiera de sa chair, lui qui n’épargnera personne dans ses interventions publiques. Ni le pouvoir, ni les islamistes, ni même les démocrates qu’il égratigne de temps en temps. En octobre 1988, alors qu’il distribuait des tracts appelant la population au calme, il a reçu cinq balles d’un gendarme de la brigade de Aïn El Hammam. En septembre 1994, durant la période de terrorisme, il sera kidnappé par un groupe armé et il ne sera libéré que quinze jours plus tard. Ce rapt qui a consterné toute la Kabylie a donné lieu à un débat, parfois virulent, sur l’identité de ses ravisseurs. La même polémique a suivi son assassinat en juin 1998 à Tala Bounan, entre Tizi Ouzou et At Douala.

Qui a assassiné Lounes Matoub ? Les islamistes ou le pouvoir ? Selon la version officielle, il s’agit d’un groupe islamiste dont les membres ont été tués, sauf Abdelhakim Chenoui qui s’est rendu en septembre 1999 dans le cadre de la loi sur la rahma promulguée par Liamine Zeroual. Il sera poursuivi, en compagnie de Malik Medjnoun pour l’assassinat du Rebelle. Les deux seront condamnés à douze ans de prison, mais la famille de Matoub ne reconnait pas ce verdict, affirmant que l’enquête a été bâclée pour cacher la vérité sur les auteurs du crime et leurs commanditaires. Sa famille continue à ce jour de revendiquer la vérité et la justice.

Page 1 de 2 1 2
Publicité

Heureux de vous revoir

Connectez-vous au compte

Créer un nouveau compte

Remplissez le formulaire pour vous inscrire

Récupérez votre mot de passe

Entrez les détails pour réinitialiser le mot de passe