Shérazade
15/02/2019 18:24

Algérie : Le message désespéré de Hafid Derradji à Bouteflika

Le journaliste et commentateur sportif algérien Hafid Derradji a adressé un message filmé au Président de la République Abdelaziz Bouteflika. Dans cette vidéo partagée sur les réseaux sociaux, Derradji a exprimé son opposition au cinquième mandat.

Dans ce court métrage de 8 minutes, Hafid Derradji s’explique : « J’ai voulu faire cette vidéo pour joindre ma voix à toutes celles qui commencent à s’élever contre le cinquième mandat », avant de poursuivre : « Je viens m’adresser directement à Abdelaziz Bouteflika, même si je sais pertinemment qu’il n’est plus en mesure de lire, d’écrire ou de rester informé de l’actualité du pays. Notre chef d’État est pris en otage par un groupe de personnes. C’est ce même groupe de malfaiteurs qui l’a porté candidat pour un quatrième mandat, et qui vient encore une fois l’inscrire sur la liste des candidats pour briguer un cinquième mandat ».

« Je tenais à faire cette vidéo pour vous. Pour le président de la République et pour ce groupe de personnes qui détiennent le contrôle ». Hafid Derradji  affirme que ce n’est pas Bouteflika qui a rédigé sa lettre et que « la personne qui l'a écrite a fini par avouer dans ce texte que le président de la République n’est pas capable de diriger le pays à cause de sa maladie ». Le commentateur sportif de la chaîne qatarie beIN Sport lance un appel au Conseil constitutionnel : « Ce passage devrait suffire pour refuser la candidature d’Abdelaziz Bouteflika ».

« On ne vous déteste pas, on aime notre pays »

Sur un ton posé et serein, le journaliste s’adresse alors au président: « On ne vous déteste pas, on aime notre pays. Monsieur le président, on ne vous déteste pas. Mais on ne tolérerait pas que l’Algérie soit une cible de moqueries et de railleries internationales à cause de ce cinquième mandat. Monsieur le Président […], on déteste la situation dans laquelle nous vivons ».

Hafid Derradji poursuit : « Monsieur le Président, on ne vous déteste pas, bien au contraire, on a de la pitié et de la peine pour vous […] », avant de comparer ces dernières années sous le pouvoir de Bouteflika à ceux du colonialisme français : « Il n’y a aucune différence entre ces deux périodes de l’histoire de l’Algérie ».

« Monsieur le président, notre jeunesse vous fuit. Elle fuit votre "bande de mafieux". Cette même bande qui a volé l’argent public, anéanti nos valeurs et nos principes, détruit nos institutions et humilié nos citoyens ».

Hafid Derradji reprend : « Monsieur le Président, nous savons que vous ne nous entendez plus, vous ne nous regardez plus et vous ne nous lisez plus quand on vous écrit. Mais sachez, Monsieur le Président qu’on a écrit, parlé, crié, pleuré… mais en vain ».

« Le cinquième mandat sera un cinquième chaos »

« Monsieur le Président, le cinquième mandat sera un cinquième "chaos". Le cinquième mandat nuira à votre image et à la nôtre. Ce mandat n’arrangera en rien les choses, et encore moins les dommages de vos quatre mandats présidentiels précédents ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

À la fin de cette vidéo, Hafid Derradji ne s’adresse plus au Président, mais à ce groupe de personnes qu’il a qualifié de « mafieux ». Sur un ton menaçant, il déclare : « Le peuple ne vous respectera pas et l’histoire ne vous épargnera rien ».

« Oui, Bouteflika remportera un cinquième mandat, un sixième et même un septième. Et cela même s’il n’est plus en mesure de marcher et de parler. Voire même s’il n’arrivera pas à prononcer le serment, comme cela a été annoncé par Farouk Ksentini. Bientôt, on nous dira qu’il n’est même pas obligé de voter », se désole-t-il de dire.

« Aujourd’hui le silence sera traduit par une soumission et une obéissance absolue. Chacun devra alors assumer ses responsabilités. Le Président devra lui aussi assumer les siennes […]. Il faudra alors choisir entre l’Algérie et le cinquième mandat. Il faudra choisir entre : l’Algérie et son peuple ou Bouteflika et sa bande ».

Lire aussi : Critique virulente de la scène politique algérienne par Saïd Saadi

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus