Shérazade
20/11/2019 10:25

Énergies renouvelables : la mission impossible de Mihoubi

Le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND), Azeddine Mihoubi a déclaré lors d’un meeting à Médéa que « l’ère du pétrole est définitivement révolue ». Pour lui, « les réserves de pétrole restantes seront pour les futures générations ». Mihoubi mise tout sur les énergies renouvelables, mais n'explique pas comment il compte s'y prendre.

En effet, le patron par intérim du RND a repris, après une petite pause observée lundi 18 novembre, sa campagne électorale. Pour le troisième jour de campagne, Mihoubi s’était rendu à Médéa, pour animer un meeting électoral.  L'ex-ministre de la Culture a estimé qu'il était « temps de se mettre au travail. Ce qui reste du pétrole sera pour les futures générations ».

Par ailleurs, le candidat à la présidentielle s’engage à trouver des alternatives aux hydrocarbures. Une promesse  qui apportera des solutions à plusieurs problèmes, tant sur le plan économique, énergétique, environnemental mais aussi sur le plan de l’emploi, de l’urbanisation et du développement durable.  Mais comment Azeddine Mihoubi compte-t-il concrétiser cette promesse ?

Comment Mihoubi compte-t-il concrétiser cette promesse ?

Dans son programme électoral, la question des alternatives énergétiques figure dans le septième engagement du candidat à la présidentielle. Un engagement intitulé : « Une stratégie énergétique viable et responsable pour sécuriser nos ressources et mettre en valeur les énergies renouvelables ». Cependant, dans ce volet des énergies renouvelables, le candidat ne donne aucune stratégie concrète.

Ainsi, l'ancien ministre de la Culture promet de lancer un programme de production d’énergie solaire (Point 96 de son programme). Mais il n’explique pas comment il compte s’y prendre. Compte-t-il lancer des avis d'appels d’offres ? Le grand Sud est bien évidemment concerné, mais ce gigantesque projet comprendra combien de wilayas ? Avec quel pays compte-t-il coopérer ? Le projet Désertec va-t-il être réanimé ? D’un autre côté, l’Algérie, avec des caisses quasi-vides, a-t-elle les moyens de financer, de mettre au point et d’accueillir un tel projet ? Le programme électoral de Mihoubi ne répond pas à toutes ces questions.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Énergies Renouvelables : Un argument de vente ?

Dans ce même volet, Azeddine Mihoubi prévoit la production en énergie solaire de 5000 MW (Mégawatts) d’ici 2025. Rappelons que le plan de développement des énergies renouvelables lancé en 2011, puis mis à jour en 2015, devait permettre la production de 4500 MW entre 2011 et 2020. Ce chiffre n’a jamais été atteint en 9 ans. Les 5000 MW de Mihoubi semblent, du coup, loin de la réalité.

Enfin, le candidat à la présidentielle n’a pas évoqué les textes de loi à élaborer pour permettre la réalisation d’un tel projet. Ni même le pourcentage du recouvrement de la consommation locale en énergie, et les montants à économiser sur la consommation du gaz naturel, une fois les énergies renouvelables lancées. Azeddine Mihoubi, devra alors axer son programme électoral sur la possibilité de réaliser ses engagements et non sur la construction d’un État qui pourrait s'avérer utopique.

Lire aussi : Mégaprojet allemand en Algérie : la France a-t-elle saboté Désertec ?

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus