Ahmed Oul
16/10/2019 15:28

Un Algérien réclame justice pour sa sœur tuée en France

Smael Allaoua, un Algérien établi en France depuis plus de 40 ans, multiplie les demandes auprès de la justice française, du Procureur de la République et du Premier ministre pour exiger la réouverture de l'affaire de sa petite sœur heurtée, il y'a 35 ans, par une voiture aux Salles-du-Gardon près d'Alès, au sud de la France, rapporte, mardi 15 octobre, le site Franceinfo.

Smael Allaoua se bat depuis plusieurs années, pour la réouverture du dossier de sa petite sœur Salima. Cette dernière a été renversée mortellement, le 19 mars 1984, par une voiture sur le chemin de l’école à la commune des Salles-du-Gardon près d'Alès. Le chauffard n'a jamais été inquiété. Il n'a même pas été jugé.

Le plaignant indique qu'il est persuadé que ses parents, des immigrés algériens qui travaillent dans les mines, ont subi des pressions pour signer un arrangement à l'amiable avec la famille du tueur en présence des gendarmes. Le grand frère de la victime révèle que le chauffard était le beau-fils du maire d'une commune voisine.

Smael Allaoua réclame la réouverture de l’enquête

Smael Allaoua reste déterminé à faire aboutir sa démarche. Son objectif ultime est de faire la lumière sur cette tragédie qui l'endeuille depuis 35 ans. « Je veux avoir accès au procès-verbal numéro 154 du 19 mars 1984 de la gendarmerie de la Grand-Combe et le remettre à un avocat compétent pour que cette affaire soit jugée. C'est mon combat absolu », a-t-il confié.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Le frère de la victime relève plusieurs zones d'ombre dans l'enquête de la gendarmerie. La grande sœur de Salima, qui l'accompagnait sur le chemin de l'école, n'a pas été entendue par les gendarmes à l'époque. Un autre témoin direct de l'accident a été entendu une seule fois, mais il n'a plus été auditionné alors qu'il constitue le témoin clé.

Un autre point important ; en France, il est illégal de régler un homicide involontaire par un accord à l’amiable. L'illégalité de l'accord pourrait ainsi annuler la prescription.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus