France: vers l'exemption des étudiants algériens de la hausse des frais d'inscription ?

21/11/2018 13:37

L'annonce de la hausse des droits d'inscription aux étudiants étrangers extra-européens, par le premier ministre français Edouard Philippe, a découragé la majorité des étudiants algériens en pleines démarches pour décrocher un visa d'étude. Leurs homologues déjà inscrits dans des universités françaises, sont également indignés des nouvelles charges hors de leurs portées.

Les étudiants Algériens en France qui font l’objet de plusieurs discriminations, comparés à leurs camarades issus d’autres nationalités, se retrouvent dos au mur avec des frais de scolarité exorbitants.

En effet, ils n’ouvrent pas droit aux dispositions du CESEDA qui prévoient l’attribution d’une autorisation provisoire de séjour (APS) d’une durée d’un an pour les étudiants diplômés d’un Master 2, l’exercice d’une activité salariée à titre accessoire aux études ou encore le bénéfice de la carte de séjour « compétence et talent ». L’accès au travail avec L’APT (Autorisation Provisoire de Travail) soumis à l’obligation de demander au préalable une autorisation auprès de la direction départementale du travail DIRECTE.

Pouvoir d'achat des étudiants algériens

Contrairement à une infime minorité fortunée, la majorité des étudiants algériens galèrent déjà pour se procurer les 7500 Euros exigés par les consulats français afin de leur accorder un visa d'études. Si l'on sait que le dinar algérien a perdu plus de 50% de sa valeur durant les 5 dernières années, les 7500 Euros représentent une fortune pour les parents des étudiants algériens.

Ajoutant à cela les nouveaux droits d'inscriptions dont les étudiants algériens seront amenés à s’acquitter. Le projet de continuer ses études en France devient une utopie.

Exonérations des étudiants originaires de pays en développement

Selon une source proche du dossier, interrogée par Observ'Algérie , le gouvernement français compte exonérer les étudiants venant des pays en développement. Une lueur d'espoir pour les étudiants algériens qui espèrent faire partie de cette catégorie.

En effet, le premier ministre français suggère dans un tweet que la hausse des droits d'inscription est destinée aux étudiants étrangers fortunés : «Un étudiant étranger fortuné qui vient en France paye le même montant qu’un étudiant français peu fortuné dont les parents résident, travaillent et payent des impôts en France depuis des années. C’est injuste.» a t-il écrit.

Ainsi, un étudiant international sur quatre pourra bénéficier d'une exonération ou d'une bourse. «14.000 bourses d'exemption de frais seront créées, visant principalement les étudiants de pays en développement. Au final, avec d'autres accords d'exemptions» rapporte Europe1.

Une pétition contre l'augmentation des frais d'inscription aux universités françaises

Une pétition a été lancée sur internet par des étudiants syndicalistes français, contre l'augmentation des droits d'inscriptions des étudiants extra-européens. La pétition a déjà collecté 88 703 signatures. (Voir Ici)

Laisser un commentaire