Pica Ouazi
08/02/2019 13:47

Interdiction de la prière à l’école : les syndicats de l'éducation réagissent

Les syndicats autonomes de l’enseignement ont réagi à la polémique sur l’interdiction de la prière à l’école. Ils la considèrent comme manœuvre pour éviter les véritables problèmes qui secouent le secteur.

Le coordinateur du Syndicat national autonome des Professeurs de l'Enseignement secondaire et technique (SNAPEST), Meziane Meriane, a estimé que « c’est une polémique stérile avec, derrière elle, l'objectif d'occulter les véritables problèmes posés dans le secteur de l'éducation ». Pour lui « le règlement intérieur des établissements et les lois de la République ont tranché sur la question. Il suffit de les appliquer pour éviter de se noyer dans de faux débats et de fausses polémiques ».

Meziane Meriane insiste sur la nécessité de trouver une solution globale à l'impasse dans laquelle se trouvent les négociations, entre la tutelle et la famille éducative. « Ils essaient de gagner du temps, mais au détriment de la stabilité du secteur et de l'école plus précisément » a-t-il ajouté.

Idir Achour, secrétaire général du Conseil des lycées d'Algérie (CLA), quant à lui, assure que « l'interdiction de la prière dans les écoles est un débat stérile qui, à chaque fois, essaie de nous dévier des véritables problèmes du secteur. Ce que je sais, c'est qu'il y a des salles de prière dans pas mal d'établissements ».

« C'est un faux débat, car généralement, les horaires des prières sont souvent hors des horaires scolaires », souligne Idir Achour précisant qu'il « faut éviter de tomber dans les débats idéologiques et politiques et se concentrer sur les préoccupations pédagogiques et socioprofessionnelles du secteur. Le secrétaire général du CLA prévient que les syndicats envisagent de revenir à la protestation faute de réponses favorables du ministère aux revendications concrètes des enseignants ».

Cette polémique qui prend de plus en plus de l’ampleur à deux mois des élections présidentielles est, selon certains observateurs de la scène politiques, une manière de détourner l’opinion publique des véritables enjeux et défis du pays.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus