Après des années d’absence : Belkhadem de retour au gouvernement ?

L’ancien chef du gouvernement et ex-secrétaire général du FLN Abdelaziz Belkhadem, brutalement écarté des hautes sphères du gouvernement en 2014 sur décision du chef de l’État, serait en passe d’être réhabilité.

En effet, l’ancien chef du gouvernement dont la mise à l’écart avait suscité une vaste polémique, aurait été désigné pour occuper le poste de chef de cabinet à la présidence, laissé vacant après la désignation d’Ahmed Ouyahia au poste de premier ministre. Selon la version francophone du quotidien « Ennahar » qui rapporte l’information, l’annonce officielle du retour de l’ancien chef du gouvernement devrait être faite en début de semaine.

Lire aussi : Présidentielle 2019 : le retour d’Abdelaziz Belkhadem ? 

Rappelons qu’il y a quelques semaines, Abdelaziz Belkhadem était apparu dans une résidence d’État dans la wilaya de Tlemcen entouré des dispositions protocolaires d’usage pour les hauts responsables de l’État, cette apparition avait alors été interprétée comme un signe de réhabilitation prochaine pour l’ancien secrétaire général du FLN.

Présidentielle 2019 : le retour d’Abdelaziz Belkhadem ?

L’ancien secrétaire général du FLN Abdelaziz Belkhadem est réapparu après une absence de la scène médiatique qui a duré plusieurs mois.

En effet, selon ce que rapportait un média électronique hier 1er août, Abdelaziz Belkhadem est apparu en public à la résidence d’État de Marsa Ben Mhidi, dans la wilaya de Tlemcen il y a quelques jours. Cette apparition de Belkhadem entouré des dispositions protocolaires qui sont d’usage pour les responsables de l’État soulève beaucoup de questions, d’autant plus que l’ancien chef du gouvernement est interdit d’exercer toute fonction officielle par un arrêté présidentiel daté de 2014.

Abdelaziz Belkhadem serait en passe de préparer son retour sur la scène politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2019, rapportent des sources proches de l’ancien patron du FLN qui affirment que celui-ci se prépare à être candidat à la magistrature suprême lors de la prochaine présidentielle.