84% des algériens veulent immigrer en France, Canada, Allemagne et Emirats Arabes

Quitter l’Algérie est devenu un rêve national de la quasi totalité de la population, à tout le moins selon une étude effectuée par le cabinet international de conseil en gestion d’entreprise, Boston Consulting Group (BCG).

84% des algériens se disent prêts à immigrer pour un emplois malgré le progrès accompli par l’Algérie en matière d’attractivité de talents et de cadres internationaux. Le pays est passé de la 114e place en 2014 à la 83e place en 2018 dans un classement de 197 pays en fonction de leur attractivité des cadres et talents internationaux.

En effet, les algériens souhaitent déménager dans un autre pays pour «travailler, acquérir de l’expérience, profiter de meilleures opportunités de carrière, élargir leur expérience personnelle et profiter d’un meilleur niveau de vie» indique le cabinet international de conseil. Les pays les plus courtisés par les algériens sont: le Canada, la France, l’Allemagne, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et la Belgique, conclut l’enquête.

En revanche, des talents et cadres interrogés dans le cadre de l’enquête, se disent prêts à s’installer en Algérie pour travailler. A leurs têtes les Tunisiens, suivis par les talents du Bénin, de la France, l’Arabie saoudite et la Norvège

L’enquête a été menée par le Boston Consulting Group (BCG) en collaboration avec The Network, un réseau international de sites d’emplois. En Algérie, le BCG et The Network ont eu comme partenaire le site Emploitic se revendiquant «numéro 1 de l’emplois en Algérie». Au total, 366 139 employés et demandeurs d’emploi, dans 197 pays, ont participé, lit-on sur le site du BCG.

Lire également: Italie : les forces armées pour stopper les migrants algériens ?