Accusations du Maroc : ce que l’Algérie a signifié à l’ambassadeur de Rabat

L’Algérie a convoqué mercredi , par le biais de son Ministère des affaires étrangères, l’ambassadeur du Maroc à Alger suite aux accusations formulées par le chef de la diplomatie marocain Nasser Bourita, qui avait accusé indirectement l’Algérie d’être impliquée dans une livraison d’armes envoyées par l’Iran au Front Polisario.

Selon des informations concordantes sur le sujet, le Ministère des affaires étrangères a ainsi signifié à l’ambassadeur marocain, Hassan Abdelkhalek, que « les attaques répétitives et infondées du Maroc n’ont que trop duré » et que l’Algérie « n’acceptera à l’avenir aucune attaque » de son voisin de l’Ouest, et ce « quel qu’en soit le contexte ou les justificatifs ».

L’Algérie a également décidé de hausser le ton après plusieurs semaines au cours desquelles elle a subi des accusations répétitives de la part du Maroc. L’une des dispositions actuellement étudiée serait la réduction de la représentation diplomatique avec le royaume chérifien, comme rapporté dans l’une de nos précédentes éditions.

Rappelons que le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, avait accusé indirectement l’Algérie d’être impliquée dans une livraison d’armes qui aurait été faite par l’Iran au Front Polisario via son allié libanais le Hezbollah. Le Maroc avait formulé de nouvelles accusations au lendemain de la convocation de son ambassadeur en Algérie.