Archives par mot-clé : Mokrane Ait Larbi

Bannière de ObservAlgérie. Vue sur la capitale Alger, avec le logo de ObservAlgérie en premier plan.

Algérie : Mokrane Ait Larbi appelle le Procureur général à poursuivre les corrompus

Mokrane Ait Larbi, avocat et ex-directeur de campagne du général-major à la retraite Ali Ghediri, a appelé le Procureur général à poursuivre les corrompus, dans un message publié sur sa page Facebook.

« Vous savez que la loi vous oblige, en tant que Procureur général, à demander au procureur de la République d’interdire à ceux qui pourraient être poursuivis pour corruption de quitter le territoire national et d’ouvrir des enquêtes et les présenter à la justice conformément à l’article 32 de la Constitution qui dispose que - tous les citoyens sont égaux devant la loi - », affirme le défenseur des droits de l'Homme dans son texte.

Mokrane Ait Larbi ne manquera pas d'interpeller le Procureur général avec une certaine virulence en estimant que « le peuple défend les intérêts de la société contre les grands corrompus alors que le parquet attend des instructions venant de personnes dont l’implication dans la corruption est certaine ».

En tant que juriste, Mokrane Ait Larbi rappelle qu'il n'y a pas besoin de dépôt de plainte pour lancer des poursuites contre les corrompus, conformément à l'article 36 du Code de procédures pénales.

« Si la loi permet la poursuite des corrompus sans plainte préalable, qu’attend le parquet pour appliquer la loi sur les corrompus en réponse aux demandes légitimes du peuple ? », ajoute-t-il avant de préciser qu'il s'exprimait « en tant que citoyen ayant participé au mouvement populaire et ayant entendu la voix du peuple qui demande de poursuivre et de punir les corrompus qui ont détruit l’économie algérienne ».

Montage photo : Mokrane Ait Larbi et Ali Ghediri

Ali Ghediri règle ses comptes avec Mokrane Ait Larbi (vidéo)

Ali Ghediri, le candidat aux élections présidentielles avortées, s'en est pris frontalement à son ex-directeur de campagne, Mokrane Ait Larbi dans une vidéo postée ce samedi 16 mars.

Dans une vidéo rendue publique sur son compte Facebook officiel, le général-major à la retraire s'est attaqué à « certains individus qui ont un agenda politique sinon politicien, qui leur dicte certaines positions […] cela n'engage que ces individus », a-t-il indiqué.

Profitant de la vague de réactions qu'a suscitée une photo de l'avocat et militant des droits de l'homme Mokrane Ait Larbi durant les marches du vendredi 15 mars, où il brandit une banderole appelant au fédéralisme, le candidat aux présidentielles reportées n'a pas ménagé son ancien directeur de campagne, allant jusqu'à expliquer le fédéralisme par un appel à la division du pays. « Le fédéralisme ! je vais expliquer au peuple ce qu'est le fédéralisme […] dans la situation actuelle du pays, il ne veut rien dire d'autre que la division du pays », a-t-il affirmé.

Ali Ghediri ignore-t-il le vrai sens du fédéralisme, lui qui est docteur d'État en études stratégiques, portant sur la politique de sécurité nationale ? Ou bien s'agit-il seulement d'un acharnement contre son ex-directeur de campagne qui l'avait lâché au tout début de la gronde populaire et a décidé de rejoindre les rangs du peuple ?

Désavoué par la classe politique et décrié par les manifestants lors des marches du 8 mars à Alger, Ali Ghediri cherche à se repositionner sur la scène politique nationale, quitte à épouser un discours populiste et mettre en garde contre un prétendu risque de séparatisme.

Voir le sujet : La Révolution joyeuse en Algérie

Photo montage : Mokrane Ait Larbi et Ali Ghediri

Présidentielles 2019 : Mokrane Ait Larbi se retire, nouveau coup dur pour Ali Ghediri

L'avocat Mokrane Ait Larbi a quitté, ce mercredi 6 mars, l’équipe de campagne d'Ali Ghediri, candidat à la candidature à la présidentielle d'avril 2019. 

Dans un communiqué rendu public cet après-midi, l'avocat Mokrane Ait Larbi, coordinateur politique de la campagne du candidat Ali Ghediri, a pris la décision de se retirer « du processus électoral ».

« Depuis quelques jours, il est évident que le pays vit une situation révolutionnaire pacifique, sans précédent dans sa longue histoire, avec comme unique guide : le peuple. Cette phase historique ne peut réaliser la rupture par la voie électorale, dont la fraude a déjà commencé au sein du Conseil constitutionnel, et devant l’opinion nationale et internationale », écrit Mokrane Aït Larbi.

« Face à cette situation, et après une longue discussion avec Ali Ghediri, nous sommes parvenus à la conclusion que dans cette situation de crise aiguë, il appartenait à chacun de nous de se déterminer en fonction de ses convictions personnelles », a-t-il ajouté.

« Quelle que soit la position qu’adoptera Ali Ghediri, je la respecterai. Pour ma part, j’ai décidé d’être en phase avec les revendications populaires, qui s’opposent au cinquième mandat et au système dans sa globalité. J’ai décidé de me retirer du processus électoral prévu en cours, pour continuer à activer, parmi les Algériennes et les Algériens en lutte, au service de notre pays » lit-on dans le même communiqué.

Lire aussi : Présidentielles 2019 : Zoubida Assoul lâche Ali Ghediri

Photo du général major Ali Ghediri

Algérie : Ali Ghediri dépose sa candidature par procuration

Le candidat aux présidentielles d'avril 2019, Ali Ghediri, vient de déposer son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel par le biais de Mokrane Ait Larbi, son directeur de campagne.

Le candidat, présent au Conseil constitutionnel, a choisi de déléguer son chef de campagne pour le dépôt du dossier, ce qui soulève beaucoup de questions sur la toile : Est-ce pour préparer l’opinion publique au dépôt de dossier du Président actuel par procuration ? Est-ce légal ?

Les heures à venir donneront surement des réponses à toutes ces questions. En attendant le dépôt du dossier du Président Abdelaziz Bouteflika, le climat est très tendu aux alentours du siège du Conseil constitutionnel.

Récépissé de dépôt de demande d'inscription de la demande de candidature aux élections présidentielles, remis à Mokrane Ait Larbi

Récépissé de dépôt de demande d'inscription de la demande de candidature aux élections présidentielles, remis à Mokrane Ait Larbi

Lire aussi : Ali Ghediri réagit aux manifestations contre le cinquième mandat de Bouteflika

Marche des avocats à Tizi-Ouzou

Algérie : Manifestation des avocats contre le cinquième mandat de Bouteflika (VIDÉOS)

Des dizaines d’avocats, venus de tout le territoire national, ont répondu présents à l’appel de leurs confrères de Tizi-Ouzou. L'événement a drainé une grande foule de manifestants venus montrer leur opposition à un cinquième mandat de Bouteflika.

La marche a démarré à 10 heures à partir de la Cour de Tizi-Ouzou pour faire le tour de la ville et revenir au point de départ pour une prise de parole. De nombreux citoyens ont accompagné le cortège en marchant sur le trottoir. Plusieurs avocats, connus pour leur position hostile au système, ont attiré l’attention. Mokrane Ait Larbi était sans doute le plus sollicité par les badauds.

« Non au cinquième mandat de la honte », « pour un changement radical du système », et « les avocats sont avec le peuple », lit-on sur les banderoles portées par les marcheurs qui sont restés silencieux tout au long de la manifestation.

Maître Athmane Bessalem, un des initiateurs de la marche, a déclaré à ObservAlgerie : « les avocats sont venus de tout le territoire pour dire non au cinquième mandat, et prévenir le gouvernement qu'il ne doit pas réprimer les manifestations. On est la pour défendre la Constitution, les droits de l’Homme ainsi que pour dire au peuple que nous sommes avec lui dans ces moments particuliers ».

Son confrère Maître Kader Houali, connu pour la défense des droits humains, lui a emboité le pas en déclarant : « Nous sommes là pour la rupture. Les avocats disent non au cinquième mandat et se battront jusqu’au départ de ce système ».

Il faut signaler que les avocats, par cette action, ont défié le Barreau de Tizi-Ouzou qui s’est opposé à l’organisation de cette manifestation.

Témoignages

Lire aussi : Abdelmalek Sellal réagit aux manifestations contre le cinquième mandat

Photo du général major Ali Ghediri

Kabylie : Première sortie d’Ali Ghediri (VIDÉO)

Algérie — Le candidat aux prochaines élections présidentielles Ali Ghediri a effectué sa première visite en Kabylie. Il a choisi de se rendre, hier samedi, à Ain-El-Hammam (ex-Michelet) à Tizi-Ouzou, où il a été accompagné par son directeur de campagne, l’avocat Mokrane Ait Larbi, natif de cette même localité en haute Kabylie.

Selon nos informations, Ali Ghediri était venu assister à l'enterrement du père de son conseiller économique, Ferhat Ait Ali. Le Général-major à la retraire, candidat aux élections d’avril 2019, a profité de l'occasion pour sillonner quelques artères de la ville en compagnie de son directeur de campagne, Mokrane Ait Larbi et pour échanger quelques mots avec les citoyens.

Par ailleurs, dans une brève intervention faite en langue kabyle devant un groupe de citoyens de Ain-El-Hammam, Mokrane Ait Larbi a assuré que le candidat « avait besoin que les gens soient à ses côtés », affirmant que Ghediri « ira dans son engagement jusqu’au 18 avril, que Bouteflika soit candidat ou pas » avant d'assurer que « le 19 avril sera le jour du changement pour l'Algérie ».

Par ailleurs, le directeur de compagne d'Ali Ghediri a promis à son auditoire de revenir pour organiser un meeting, rappelant que « le passage d’Ali Ghediri sera possible grâce à nous, grâce à vous ».

Lire également : Présidentielle 2019 : Ali Ghediri s’exprime sur la candidature de Bouteflika

Photo du général major Ali Ghediri

Algérie : Ali Ghediri dénonce les intimidations et entraves de l’administration

Le candidat aux élections présidentielles Ali Ghediri a dénoncé, ce jeudi 7 février sur sa page Facebook, des manœuvres qui l'empêchent de collecter des signatures pour valider sa candidature.

Ali Ghediri accuse l’administration d’entraver sa campagne. Il dénonce une persistance des autorités locales à vouloir l'empêcher de récolter des signatures pour valider sa candidature aux élections présidentielles d'avril.

Dans un communiqué mis en ligne ce jeudi 7 février sur la page officielle du candidat, on lit : « Pour freiner la campagne de signatures de parrainage du candidat Ali Ghediri, les féodalités locales persistent dans leurs pratiques délinquantes ».

Lundi dernier, Mokrane Ait Larbi, directeur de campagne d'Ali Ghediri, avait signé un communiqué intitulé « La force de la loi contre les dérives administratives », expliquant que certaines « APC multiplient les entraves et intimidations envers les citoyens qui veulent parrainer le candidat Ali Ghediri ».

Il avait aussi signalé que le candidat faisait « l'objet de filatures quotidiennes par des "inconnus" à bord de véhicules banalisés ». « Même les membres de sa famille sont ciblés par des mesures de rétorsion indignes », ajoute-t-il.

Mokrane Ait Larbi avait enfin affirmé la détermination du candidat à dépasser toutes les embûches, et interpelle le ministre de l’Intérieur pour mettre fin à ces manœuvres qu’il qualifie de « moyenâgeuses ».

Rappelons qu'Ali Ghediri avait été empêché, hier 6 février, de se rendre à l'enterrement de l’ancien ministre délégué à la Défense nationale Abdelmalek Guenaizia.

Lire également : Ali Ghediri accuse le pouvoir d’avoir utilisé le général Toufik