Bouira: des peines de prison ferme prononcées contre des étudiants

Des peines allant jusqu’à deux ans de prison ferme ont été prononcées contre 20 étudiants de l’Université Akli Mohand Oulhadj de Bouira et des lycéens de la commune de Taghzout, dans la même wilaya, a-t-on appris de sources locales.

Selon les mêmes sources, les accusés ont comparu, jeudi 28 Juin, devant le tribunal criminel de Bouira pour répondre des chefs d’accusation d’atteinte à l’ordre public, agressions sur des agents des forces de sécurité, dégradation de biens publics et appel à un attroupement non armé.

L’affaire remonte au mois de décembre 2017, lorsque les mis en cause avaient pris part à des manifestations pour réclamer la généralisation de l’enseignement de Tamazight, suite à un vote des députés de l’APN bloquant une proposition pour généraliser l’enseignement de cette langue, ont précisé les mêmes sources.

Pour rappel, Les manifestations avaient dérapé en affrontements avec les éléments des services de sécurité qui ont fait plusieurs blessés du côté des manifestants et dans les rangs des forces anti-émeutes. Les éléments de la sûreté de la wilaya de Bouira avaient ensuite procédé à une vague d’interpellations, qui avaient touché pas moins de 20 étudiants et lycéens.

Quadruple meurtre à Bouira : l’auteur raconte ses crimes

L’affaire du quadruple meurtre perpétré par un sexagénaire qui a décimé une partie de la famille de son frère, qui avait secoué il y a quelques jours la paisible commune de Taghzout (wilaya de Bouira), connaît de nouveaux développements.

En effet, le présumé auteur du quadruple meurtre, arrêté il y a quelques jours à l’issue d’une cavale d’une dizaine de jours, a avoué la tuerie dont il est accusé, rapporte ce samedi le site internet du quotidien arabophone Ennahar, citant une source proche de l’enquête.

Ainsi, l’homme de 63 ans qui a tué sa belle-soeur, sa nièce, son neveu ainsi que son frère a avoué avoir agi à cause d’un différend lié à une parcelle de terrain. « Je me suis vengé pour ma personne et mon honneur » aurait déclaré le suspect qui affirme avoir été victime de «hogra» depuis 25 ans de la part de son frère assassiné et de sa famille, détaille la même source.

Au cours de son interrogatoire, le suspect est resté calme et souriant, et n’a montré aucun signe de regret, rapporte encore la même source. À rappeler que B.A, 63 ans, a été arrêté il y a quelques jours à l’issue d’une véritable chasse à l’homme organisée par la gendarmerie nationale, après qu’il ait froidement assassiné sa belle-soeur, sa nièce et son neveu, avant de revenir sur les lieux du crime une semaine plus tard pour assassiner son frère.

Bouira: l’assassin de trois membres de sa famille tue encore son frère

Le criminel de Taghzout, dans la wilaya de Bouira, en cavale depuis plus d’une semaine, après avoir assassiné trois membres de sa famille, a encore une fois commis l’irréparable.

Ainsi, on apprend que le criminel est revenu à la charge en assassinant, ce matin, son frère, qui n’est autre que le père des trois victime. Nous y reviendrons.

Triple meurtre à Bouira : nouvelle tournure des évènements

L’affaire du triple meurtre qui a secoué il y a quelques jours la commune de Taghzout, à une dizaine de kilomètres au Nord du chef-lieu de la wilaya de Bouira, connaît une nouvelle tournure.

En effet, un échange de coups de feu a eu lieu dans la soirée d’avant-hier vendredi entre l’auteur présumé du triple meurtre et des éléments de la gendarmerie postés près de la maison où s’est déroulé le drame, a-t-on appris de sources sécuritaires. Le fugitif ayant tenté de s’approcher des lieux avant-hier vers 20h00 du soir, peu avant la rupture du jeûne, a ouvert le feu avec son fusil de chasse sur des gendarmes qui étaient postés non-loin de là, et qui ont répliqué avec des rafales d’armes automatiques.

Le fugitif a ensuite pris la fuite vers une forêt située non loin de là, relatent les mêmes sources, qui précisent qu’aucun blessé n’a été dénombré.

Rappelons que la commune de Taghzout a été le théâtre il y a une semaine d’un triple meurtre, perpétré par un individu de 63 ans contre des membres de sa propre famille suite à un différend sur une parcelle de terrain remontant à plusieurs années. Le suspect est depuis en fuite et est activement recherché par la gendarmerie nationale appuyée par des éléments de l’ANP.

Drame en Kabylie: 4 personnes froidement tuées

La ville de Bouira, en Kabylie, est sous le choc. Pour cause, un citoyen a froidement assassiné, au courant de cet après-midi, sa femme son fils et sa belle-fille.

Le mis en cause ne s’est pas arrêté là puisqu’il tuera également un gendarme. Conscient de ce qu’il venait de commettre, il prendra la fuite vers la paisible localité de Taghzout, à 7 kms à l’Est du chef-lieu de Bouira.

Que s’est-il exactement passé ? Pourquoi cet homme s’en est pris froidement à sa femme et au foyer de son fils et à un agent de l’ordre public ? Dans quelle circonstance ce drame est survenu ? Ce sont là les questions que se pose la population de Bouira, et ce, au moment où le mis en cause est activement recherché par les services de sécurité.

A l’heure où nous mettons en ligne, les services de sécurité ont scellé le lieu du crime où la police scientifique s’attèle à relever les empreintes digitales alors que les services de la Protection civile ont évacué les dépouilles mortelles vers la morgue de l’hôpital de Bouira.

Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la République qui a ordonné une enquête, l’arrestation du mis en cause et sa présentation à l’issue de son instruction.

TARIK LAMARA