De Kabylie à Washington: Ce génie algérien convoité par les américains

Encore un algérien convoité par les plus grandes universités Américaines. De l’université de Tizi Ouzou puis à Lille en France, le jeune Abdennour Abbas, originaire de Makouda au nord-est de Tizi Ouzou dans la région de Kabylie, rejoint l’Université de Californie avant d’atterrir à celle de Washington comme chercheur associé.

A 33 ans, ce chercheur algérien à l’Université de Washington à Saint Louis, figure dans le Top 10 des lauréats de la première édition française du concours conduit par The Technology review, pour l’Institut américain de technologie de Massachusetts (MIT).

Ce concours conduit par The Technology Review de l’Institut, a distingué ces dix dernières années des personnalités devenues depuis des célébrités: Mark Zuckerberg en 2007 (fondateur et PDG du réseau social Facebook), Max Levchin ( Paypal), Linus Torvalds (développeur de Linux), Jack Dorsey (fondateur et PDG du site de microblogging Twitte) …

Le diagnostique médicale révolutionné :

C’est dans le domaine de la recherche médicale que l’Algérien d’Abdennour Abbas s’est distingué. Le Dr Abbas a inventé un moyen simple, efficace et surtout pas cher pour détecter la présence d’une maladie ou connaître son évolution. Petite nouveauté : Ce diagnostic peut se faire chez soi, sans avoir à consulter un médecin.

Il a créé des biocapteurs ultra sensibles à base d’anticorps artificiels pour le diagnostic médical. En plus du fait que ces tests se fassent à domicile, ce qui évite les allers-retours chez le médecin, cette technologie est un milliard de fois plus sensible que les précédents capteurs basés sur des bandelettes de papier. Cela permet ainsi de détecter les pathogènes dès les premiers stades de l’infection.

Point de départ : Tizi-Ouzou en Kabylie

Abdenour Abbas est donc sur le point de révolutionner le diagnostic médical dans le monde. Et pourtant, il est un pur produit de l’Université algérienne. Le Dr Abbas a en effet fait ses études en Algérie. A l’Université de Tizi Ouzou en Kabylie où il a obtenu un DES en biochimie en 2003. Mais il aura fallu qu’il quitte l’Algérie pour voir son talent exploser.

Il rejoint la France pour y préparer un master suivi d’un doctorat dans le domaine des nanotechnologies appliquées à la médecine à l’Université de Lille 1 en 2009. Ambitieux, il décide de voir encore plus grand que la France.

Il rejoint les États-Unis d’Amérique, le pays du développement technologique et de la recherche scientifique. Il travaille à l’Université de Californie avant de rejoindre celle de Washington comme chercheur associé.

La réussite d’Abdenour Abbas, est un autre exemple du succès de notre élite de l’autre côté de la mer.

Kabylie : une étudiante retrouvée morte dans une chambre universitaire

Le corps sans vie d’une étudiante a été découvert hier jeudi dans une chambre de la résidence universitaire Tamda 04, relevant de l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, a-t-on appris ce vendredi de sources locales.

Selon les mêmes sources, le corps sans vie a été retrouvé hier jeudi par des étudiantes qui ont alerté le personnel chargé de la sécurité au sein de ladite résidence universitaire.

Les raisons du décès ne sont pas encore clairement établie, mais plusieurs sources ont évoqué un suicide, tandis que d’autres indiquent que l’étudiante, originaire de la commune côtière de Tigzirt, a succombé à un malaise cardiaque.

Alertés, les services de la protection civile se sont déplacés sur les lieux et ont procédé à l’évacuation de la dépouille vers la morgue du CHU de Tizi-Ouzou pour les besoins de l’autopsie, une enquête a également été ouverte pour faire la lumière sur ce décès, a-t-on indiqué.

Tizi Ouzou : La date de la cérémonie honoris causa de Lounis Ait Manguellet fixée

Le poète, philosophe et chantre de la chanson pop Kabyle Lounis Ait Manguellet sera honoré à l’université de Tizi Ouzou, le mardi 3 octobre de l’année en cours, a annoncé le recteur de l’université de Mouloud Maameri, M. Ahmed Tessa.

La cérémonie consacrera l’idole de la chanson populaire Kabyle comme docteur honoris causa, suite à la décision prise par le conseil scientifique de l’université de Tizi Ouzou, tenu le 15 mars passé.

Biographie de Lounis Ait Manguellet

De son vrai nom « Abdenbi Aït Menguellet » est né le 17 janvier 1950 à Ighil Bouammas « Iɣil n Wammas », un village niché dans les chaînes montagneuses du Djurdjura, dans la commune d’Iboudraren dans la Wilaya de Tizi-Ouzou en Algérie.

Lounis Aït Menguellet est certainement l’un des artistes les plus populaires de la chanson kabyle contemporaine, un poète qui est devenu le symbole de la revendication identitaire berbère. À propos des évènements qui ont secoué la Kabylie ces dernières années, il dit que, égale à elle-même, la région est un bastion de la contestation et qu’elle a toujours été à l’avant-garde des luttes. « Je parle de la Kabylie à ma façon, afin d’apporter quelque chose pour que les choses évoluent », avant de s’empresser d’ajouter qu’il ne fait jamais de politique.

 

VIDÉO. «Suppression de Tamazight et du nom de Mouloud Maameri» : Le recteur de l’université de Tizi Ouzou apporte ses précisions

Le recteur de l’université de Mouloud Maameri à Tizi Ouzou, Ahmed Tessa est revenu, lors de son passage sur la radio de Tizi Ouzou, sur la polémique qui enfle suite à la délivrance des cartes d’étudiants par  son administration et dans lesquelles la transcription est exclusivement en arabe, alors que Tamazight et le français ainsi que le nom de Mouloud Maameri, sont supprimés.

Selon le nouveau recteur de l’université de Mouloud Maameri et ancien doyen de la faculté des Sciences économiques, l’ordre a été donné à deux ingénieurs de ladite université pour élaborer de nouvelles cartes, tout en saluant la vigilance des étudiants, qu’il a qualifié de l’«avant-garde de l’université».

D’un autre coté, M.Ahmed Tessa appelle les étudiants au Dialogue avant d’aller à la grève qu’il considère néanmoins «un droit fondamental et un signe de bonne santé de l’université».

Tizi-Ouzou : des cartes d’étudiants exclusivement rédigées en arabe suscitent la polémique

Une vaste polémique a éclaté sur les réseaux sociaux après la délivrance de cartes d’étudiants exclusivement rédigées en arabe par l’université de Tizi-Ouzou.

En effet, de nouvelles cartes d’étudiants exclusivement rédigées en arabe délivrées par l’université de Tizi-Ouzou suscitent actuellement une vaste polémique sur les réseaux sociaux. Sur ces cartes, le tifinagh, qui figurait sur les cartes d’étudiants délivrées par l’université de Tizi-Ouzou dans les années précédentes, a été supprimée. Le nom de Mouloud Mammeri, que porte la même université, ne figure également pas sur ces cartes, et a été remplacé par la mention « université de Tizi-Ouzou ».

Cette nouvelle mesure a ainsi soulevé la colère des internautes qui ont été nombreux à la dénoncer, y voyant un nouvel épisode de la politique d’arabisation des institutions publiques, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.