Voici tout ce qui va changer pour les voyageurs algériens

Les voyageurs algériens seront soumis à de nouvelles dispositions au titre de la loi de finances 2020. Les changements concerneront notamment, la déclaration de devises, les frais de délivrance du passeport pour les étudiants et mineurs et le prix des billets d’avion.

La loi de Finances 2020 dans son article 72 instaure une nouvelle réglementation en matière de montant en devises soumis à la déclaration. Il est désormais permis, au voyageur, algérien ou étranger, à faire entrer ou sortir du pays jusqu’à 5,000 euros sans déclaration douanière. Cette dernière était auparavant fixée à 1000 euros.

« La déclaration des devises n’est obligatoire à l’entrée ou à la sortie du territoire douanier que pour les montants dépassant les cinq mille euros (5000 euros) ou leur équivalent en d’autres devises », stipule l’article en son 2e alinéa. En ce qui concerne le seuil maximal des devises à exporter de l’Algérie par voyage, le nouveau règlement fixe le montant à 7,500 euros prélevés d’un compte devises ouvert en Algérie.

Droits de timbre pour les passeports et les prix des billets revus à la hausse

Les modifications toucheront également les droits de timbre pour les passeports des ressortissants algériens mineurs et des étudiants algériens de la diaspora. Une nouvelle taxe de timbre d’une valeur de 3000 dinars sera prélevée sur les demandes de délivrance du passeport pour les deux catégories, stipule l’article 36 de la loi de Finances 2020, qui modifie l’article 136 bis du code du timbre.

Par ailleurs, et selon l’article 34, les prix des billets d’avion seront impactés par l’augmentation de la taxe sur les titres de transport internationaux, portée de 500 à 1000 dinars. Ainsi, les billets d'avion seront nettement plus chers en 2020.

Lire également : Billets d'avion, automobile, tabac... Ce qui va changer en 2020

Dans :

2 Commentaires

  1. Blatzer Titou
    tant que ces morfales a la tête de ce pays ne se décident pas a tourner le dos a ce système dépassé et ouvrir des banques privées aussi bien au bled qu’a l’étranger, l’économie financière algérienne continuera a se mordre la queue, ça fait penser a ce ver de terre qui se nourri de terre et qui la rejette derrière lui et il continue, c’est fini ces glorieuses années quand les hydrocarbures payaient tout, c’était années 70 la population de 13 millions est de 42 millions de nos jours c’est a dire 3,5 fois plus. allez poser cette petite question banale a un émigré marocain en france : « pourquoi tu mets 300 a 400 € par mois dans l’une des banques de ton pays qui sont en Europe ? » La réponse est désarmante car je l’entends parfois : « parce que notre pays est pauvre et en plus ça sert a rien d’aller avec 5000 € ou plus en vacances dans mon pays, et j’ai des intérêts, cette banque m’accordera facilement un prêt si je veux acheter une baraque dans mon pays ! »
    il m’arrive d’aller 2 fois par an au bled du coté d’Oran, j’y vais avec du liquide et je le change chez les biznessman de la place, ça rapporte plus que la banque, multiplier ça par 1 million d’émigrés par an ça atteint la sommes folle de 5 milliards d’euros. les algériens sont en france presque 960 000 foyers, les marocains a peine 147 000 foyers. je ne parle pas des tunisiens ils sont dans un autre système de transfert de fonds. ces petits marocains de france, de hollande d’allemagne déversent chaque année plus de 42 milliards d’euros dans leur pays, est ce qu’ils sont cons ? Un algérien a commencé par créer une compagnie aérienne puis une banque, on lui a joué un sale tour il a fuit c’est KHALIFA. Alors cher Titou, même a Moscou ancien empire soviétique communiste on a tourné le dos au système et misé sur les banques alors qu’au bled on étouffe les vrais économistes capables pour que le serpent de l’armée continue a se nourrir du bien de la nation. j’ai vu des égyptiens en allemagne et même ceux de france, ils envoient des fortunes a leur pays par le transfert légal et ainsi ils contribuent