Photo : Emmanuel Macron et Issad Rebrab
Photo : Emmanuel Macron et Issad Rebrab

Le gouvernement algérien ouvre les portes à Issad Rebrab. Le PDG du plus grand groupe industriel privé en Algérie, revient au devant de la scène grâce à son investissement en France et l’accueil chaleureux que lui a réservé Emmanuel Macron. Un coup de communication réussi sur les deux rives de la méditerranée.  

Si en France, Issad Rebrab est présenté comme le milliardaire algérien qui sauve et crée des emplois dans l’hexagone. En Algérie, l’opinion publique est indignée sur le sort d’un créateur de richesse poussé par le gouvernement à se tourner vers l’étranger pour investir sous d’autres cieux. Une pression ressentie par le gouvernement algérien à l’approche de la sensible élection présidentielle de 2019.

Toyota va s’installer en Algérie

En effet, des prémices d’un rapprochement ont été pressenties entre l’industriel et l’exécutif algérien. Selon des sources bien informées, Issad Rebrab a reçu une invitation officielle du ministre de l’Industrie et des Mines, M. Youcef Yousfi. Des pourparlers ont eu lieu audit ministère sur le projet d’Issad Rebrab en partenariat avec le constructeur automobile japonais Toyota.

Selon les mêmes sources, une délégation du ministère algérien de l’Industrie et des Mines, a fait le déplacement à l’archipel pour rencontrer leurs homologues japonnais et promouvoir les opportunités qu’offrent l’Algérie au prestigieux constructeur japonnais.

Issad Rebrab de son côté, a entamé depuis plusieurs mois les négociations avec Toyota pour l’implantation d’une usine en Algérie. Il a posé comme condition une intégration industrielle graduelle de 100% avec une usine de production et non de montage. Le PDG de Cevital veut une nouvelle fois se distinguer des usines de montages implantées un peu partout en Algérie ces dernières années.

En outre, ce rapprochement entre les officiels algériens et le richissime homme d’affaires, vient fondre la glace qui séparait les deux parties, suite à plusieurs bras de fer dont le dernier a opposé Issad Rebrab à la direction du port de Béjaia qui a interdit le déchargement des équipements d’une nouvelle usine du groupe Cevital, qui devait être implémentée en Kabylie.

+D’infos