Diaspora: L’Algérie ouvre 67 affaires d’agressions sur ses ressortissants à l’étranger

Expulsion de migrants illegal
Expulsion de migrants illegal

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh a annoncé l’ouverture de 67 enquêtes sur des agressions commises sur des ressortissants algériens à l’étranger. Des enquêtes diligentées dans le cadre de la coopération judiciaire internationale, a t-il précisé mardi à Alger.

L’ouverture de ces enquêtes s’inscrit dans le cadre de la réforme du système judiciaire qui a abouti, entre autres, à « l’extension de la compétence judiciaire des tribunaux algériens concernant les agressions sur les Algériens à l’étranger », rapporte l’agence officielle APS.

L’annonce de Tayeb Louh survient dans un contexte de multiplication d’affaires d’agressions sur des algériens à l’étranger. Plusieurs migrants algériens ont perdu la vie dans des centres de rétention en Europe. La diplomatie algérienne a été montrée du doigt, pour «son incapacité» à protéger ses ressortissants. De graves accusations ont été portées contre l’ambassadrice d’Algérie à Madrid et d’autres représentations diplomatiques en Espagne dans l’affaire d’un Algérien décédé dans un centre de rétention espagnol.

Le député représentant de la communauté nationale à l’étranger Noureddine Belmeddah a même accusé le ministère des Affaires étrangères (MAE) et son réseau diplomatique et consulaire « de ne pas s’acquitter pleinement de sa mission de protection de la communauté nationale à l’étranger.

Pour rappel, plusieurs ressortissants algériens ont perdu la vie dans des centres de retention en Europe. les derniers en date, sont deux migrants décédés  respectivement au Royaume-Uni et en Espagne. D’autres affaires d’assassinats d’algériens à Marseille (France),  ont indigné l’opinion publique algérienne.